Faits divers

Une journaliste de 33 ans assassinée à Paris : la police relance l’affaire avec un appel à témoins.

Macabre découverte en septembre 2013 dans le 18 ème arrondissement de Paris, la police relance un nouvel appel à témoins concernant l’assassinat de Caroline Corvalan

Le 24 septembre 2013, des ouvriers font la découverte du corps démembré d’une femme dans une rue du 18 ème arrondissement.

Le corps dissimulé dans une gaine technique, sous le trottoir de la rue Louis-Pasteur (18 ème ) avait été retrouvé nue et en état de décomposition avancée.

Grâce aux empreintes le corps avait pu être identifié fin septembre 2013 comme étant celui de Caroline Corvalan. Agée de 33ans elle travaillait en tant que journaliste pour France Télévision et Nice matin.

Plus de 3 ans après cet assassinat, les enquêteurs de la police judiciaire relancent l’affaire en faisant un nouvel appel à témoins.

En effet, même si un suspect est écroué depuis novembre 2014, une source proche du dossier a expliqué auprès du quotidien 20 minutes

Il reste des zones d’ombre, notamment dans l’emploi du temps de la victime et sur ses fréquentations les semaines précédant son décès.

Effectivement, dans les semaines précédant son assassinat, Caroline Corvalan était suivie à l’hôpital Bichat pour des troubles bipolaires et aurait multiplié des rencontres avec plusieurs marginaux.
Après plusieurs interpellations, un Égyptien de 25 ans avait été mis en examen pour ” homicide volontaire ” et atteinte à ” l’intégrité du cadavre ”

Cet homme qui devrait être libéré fin mai a toujours nié les faits.

Quant à la famille de Caroline, elle a appris ce nouvel appel à témoins par la presse et se dit un peu surprise.
L’avocat de la famille Maitre Saint-Pierre a déclaré que cet appel à témoins pourrait être  utile et d’ajouter

Le juge d’instruction et les policiers ne veulent négliger aucune possibilité et il est déjà arrivé que des appels à témoins même tardifs permettent d’obtenir des renseignements qui, de fil en aiguille, aboutissent à un résultat tangible.

Toute personne susceptible de détenir des éléments est invitée à contacter la préfecture de Paris au 0 800 00 27 08 (numéro vert) ou par mail à pppj-appelatemoin@interieur.gouv.fr

Publié le vendredi 24 mars 2017 à 14:36, modifications vendredi 24 mars 2017 à 13:38

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !