Actualité

Clichy : Gérard Collomb s’exprime “Il ne peut y avoir de prières de rue”

À Clichy, des fidèles musulmans participent chaque vendredi à une prière devant la mairie de Clichy-la-Garenne. Ces derniers protestent contre la fermeture de leur lieu de culte. Alors qu’une centaine d’élus s’étaient réunis le vendredi 10 novembre contre ces prières, le ministre de l’intérieur a tenu à s’exprimer sur cette crise devant l’Assemblée nationale.

Des tensions depuis mars 2017

Le début de la crise entre la communauté musulmane et la Mairie de Clichy a commencé en mars 2017. À cette époque, le maire Les Républicains, Rémi Muzeau, avait décidé de transformer le lieu de prière de la ville en médiathèque. Alors que l’endroit accueillait quotidiennement 3 000 à 5 000 fidèles, Rémi Muzeau avait parallèlement inauguré en mai un nouveau lieu de prière pour sa ville, à 1,5 km de là. Toutefois, l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) estime que la nouvelle mosquée est excentrée, mal desservie par les transports en commun et trop exiguë. Pour protester contre la fermeture de la première mosquée et pour un “lieu digne pour les musulmans clichois”, les fidèles musulmans participent chaque vendredi à une prière devant la mairie de Clichy-la-Garenne.

Nous demandons au maire un lieu [de prière] digne et une solution définitive pour les musulmans clichois. Restez unis, solidaires et réclamez votre droit dans le calme et loin de tout débordement

a expliqué cheikh Abdoulhakim Badaoui, l’un des imams de la mosquée fermée.

Néanmoins, la situation s’est envenimée vendredi dernier. Une centaine d’élus se sont rassemblés afin d’empêcher les fidèles de faire leur prière dans la rue.

En effet, derrière une banderole “Stop aux prières de rue illégales”, une centaine de maires d’Île de France étaient venus manifester. Avec eux, Valérie Pécresse, Présidente de la région Ile-de-France.

 

Gérard Collomb prend la parole

Ce mercredi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, s’est exprimé devant l’Assemblée nationale. Il estime qu'”il ne peut y avoir de prières de rue” à Clichy-la-Garenne. Néanmoins, il ajoute que les musulmans de cette ville devaient “avoir un lieu de culte décent”.

J’ai demandé au préfet de prendre contact avec à la fois les élus de Clichy-la-Garenne et en même temps avec la communauté musulmane afin que le problème soit résolu.

Affirme-t-il.

UAMC et la Mairie de Clichy se livrent désormais une bataille judiciaire. En effet, l’Union des associations musulmanes de Clichy avait annoncé une plainte en justice contre Rémi Muzeau pour “diffamation et incitation à la haine raciale”. La plainte fait suite aux sous-entendus de l’édile, qui après avoir récupéré des tracts antisémites dans la rue, avait laissé entendre qu’ils émanaient de fidèles musulmans.

Publié le jeudi 16 novembre 2017 à 13:21, modifications vendredi 17 novembre 2017 à 9:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !