Sci-Tech

L’application Telegram interdite en Iran

L’application Telegram qui compte 40 millions d’utilisateurs en Iran a été interdite au nom de la sécurité nationale.

Un internet filtré en Iran

Au début du mois d’avril, ce sont les autorités russes qui ont demandé le blocage de Telegram. Place à l’Iran désormais. L’application de messagerie sécurisée y est désormais interdite au nom de la sécurité nationale. Pour l’instant, les détails n’ont pas été communiqués mais on peut supposer que les motifs sont les mêmes que dans le pays de Vladimir Poutine. L’application refuse de fournir ses clés de cryptage. Or, les deux pays exercent un contrôle important sur l’accès à Internet de leurs concitoyens.

 Compte tenu des diverses plaintes de citoyens iraniens contre le réseau social Telegram, et en se fondant sur la demande des organismes de sécurité chargés de lutter contre les activités illégales de Telegram, la justice interdit son utilisation en Iran

a souligné la télévision publique iranienne. Avec 40 millions d’utilisateurs, la messagerie connaissait un succès important dans le pays. Les fonctionnaires n’avaient déjà plus le droit de l’utiliser dans les différents organismes de l’état. Mais, son usage était particulièrement large. Dans les médias, mais aussi les politiques, dans les entreprises ou encore de simples citoyens. On peut imaginer que sa confidentialité était par exemple appréciée par le mouvement des femmes qui veulent en finir avec le voile en Iran.

En Iran, comme en Chine ou en Russie, l’accès à Internet est contrôlé de façon importante. Les sites web sont bloqués s’ils sont considérés comme criminels ou choquants par le régime. Néanmoins l’usage des VPN y est aussi particulièrement répandu. 

Publié le mardi 1 mai 2018 à 12:00, modifications mardi 1 mai 2018 à 10:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !