Sci-Tech

Dead Or Alive Xtreme 3 : Le jeu vidéo qui incite au viol

Un jeu vidéo sorti uniquement au Japon, pour l’instant, permet à ses joueurs de séduire puis d’agresser sexuellement des jeunes filles en bikini.

Alors qu’un nombre croissant de femmes devient féru de jeux vidéo, certains développeurs jouent toujours plus à fond la carte sexiste pour attirer les acheteurs.

Le studio Koei Tecmo s’est toujours montré sexiste vis-à-vis des femmes, avec ses petites culottes apparentes ou des formes exagérément généreuses. Le succès de cette série vidéo-ludique reposant en grande partie sur ses combattantes en petite tenue, hyper-sexualisées, alimentant les fantasmes de joueurs aux mœurs équivoques.

Cependant, dans son dernier volet, Xtreme 3, le jeu venu tout droit du Japon va encore plus loin : les personnages féminins de la série sont en vacances sur l’île privée d’un homme riche et puissant, pour prendre du bon temps et faire de nouvelles rencontres.

Equipé d’un casque de réalité virtuelle et de manettes, le joueur repère sa cible en maillot de bain pour entrer dans un jeu de séduction. Plus la drague est efficace, moins les demoiselles seront réticentes à se dénuder lors des parties suivantes. Un scénario plus que discutable, mais qui ne s’arrête pas là.

Lorsque le dialogue est engagé avec les jeunes femmes en 3D, le joueur peut en effet les agresser sexuellement. Le but étant de trouver un moyen de leur toucher la poitrine ou de baisser leur culotte, alors que celles-ci cherchent à se défendre et leur demandent d’arrêter. Ce concept qui fait l’apologie du viol a choqué de nombreux blogs et médias à travers le monde.

Dans différentes vidéos postées sur Youtube, une des stars du jeu est en train d’essayer de fuir, mais elle se fait attraper et tripoter par l’utilisateur. Elle le prévient alors « qu’elle n’aime pas ça » et qu’elle ne lui donne pas la permission de la toucher. Mais il peut continuer. Apparemment, le « non, c’est non », ne s’applique pas à la réalité virtuelle.

D’après le magazine britannique, Stylist, le jeu ne devrait être disponible qu’au Japon car ses créateurs ont pensé qu’il « serait peut-être trop sexiste pour les marchés américains et européens ». Cependant, ces expériences malsaines ne seront pas proposées sur les plateformes de distribution officielles, mais circuleront très certainement sur internet de façon détournée.

La distribution de cette version de Dead Or Alive paraît plus qu’inquiétante lorsque l’on sait que la Playstation VR est destinée à un très large public, notamment une population jeune et très influençable.

Publié le samedi 10 septembre 2016 à 16:06, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

8 Commentaires