Sport

Voile : Armel Le Cléac’h remporte le 8e Vendée Globe

Il était attendu à 18 heures, mais à l’image de son tour du monde accompli à grande vitesse, il est arrivé en avance… A bord de son IMOCA Banque Populaire, Armel Le Cléac’h termine 1er de la huitième édition du Vendée Globe. Après une double deuxième place en 2008-2009 et 2012-2013, il décroche enfin le Graal de la voile sportive.

Il peut lever les bras au ciel et exulter. Son large sourire dit tout de son incroyable performance. Après 74 jours de course en solitaire autour du monde, Armel le Cléac’h remporte la huitième édition du Vendée Globe. Sur Banque Populaire, le skipper breton a coupé la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne à 16h37, après 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes de course. Une victoire arrachée au bout d’une lutte intense avec le Gallois Alex Thomson sur Hugo Boss. A la proue de son Banque Populaire, une fois la ligne franchie, il embrasse la voile de celui qui a été son seul partenaire pendant deux mois et demi.

Nouveau record du Vendée Globe

Avec près de quatre jours d’avance, Armel le Cléac’h bat le record précédemment détenu par le vainqueur de l’édition 2012-2013 François Gabart. Un temps de référence alors de 78 jours, 2 heures, 16 minutes et 40 secondes. Le skipper de Banque Populaire améliore cette marque de 3 jours, 22 heures et 41 minutes. Une performance majuscule, au terme d’une course maîtrisée de bout en bout.

Il n’ a en effet plus lâché la première place depuis le 3 décembre 2016, malgré la pression exercée par son poursuivant Alex Thomson. Celui-ci, auteur d’une course aussi exceptionnelle, a en effet obligé Armel Le Cléac’h à sortir le grand jeu, alignant des vitesses impressionnantes. Banque Populaire a relevé le défi et rendu une copie parfaite : un record à l’arrivée, un bateau en bon état, et une vitesse moyenne proche des 16 noeuds.

Après l’exploit de Thomas Coville fin décembre, présent à l’arrivée d’Armel Le Cléac’h, les marins français sont à la fête. En multicoque comme en monocoque ils règnent sur les mers du monde. En ce moment, Francis Joyon est en passe d’établir un nouveau record sur le Trophée Jules Verne (tour du monde en équipage sur multicoque).

Les « foils », l’innovation du succès ?

L’équipe Banque Populaire a fait le choix de s’équiper de foils, ces « ailettes «  qui permettent au bateau de s’appuyer sur l’eau et de sortir (un peu) la coque de l’eau. Sur la flotte de 29 bateaux au départ de cette édition, seuls 7 avaient fait le choix de cette innovation. Un choix payant si l’on en croit le rythme très soutenu des deux premiers, tous deux équipés de ces « foils ». Sur son monocoque Banque Populaire ainsi équipé, le skipper de 39 ans a parcouru 27 455 milles à une vitesse moyenne de 15,43 noeuds.

Une entrée dans la légende au mental

Interviewé quelques minutes après qu’il a franchi la ligne d’arrivée, il ne retient pas ses larmes au micro de l’Equipe. Le débordement d’émotions est trop fort, après un effort continu de 74 jours.

Je voulais tellement cette victoire…

Des larmes de joie, d’épuisement, sans doute un peu perdu il dit ne pas réaliser ce qu’il vient d’accomplir. Après les deux dernières éditions du Vendée Globe, qu’Armel avait finies à la deuxième place, il lui fallait vaincre le signe indien. Echouer une troisième fois était donc impossible pour celui qu’on surnomme « le Chacal ». Un surnom qui définit bien celui qui a mené d’une main de maître ce tour du monde en solitaire et sans escale. Et c’est une victoire presque logique et attendue du marin notamment double vainqueur de la Solitaire du Figaro (2003, 2010). Une épreuve mythique sur laquelle il a construit un mental et un sens de la compétition uniques. Des qualités qui lui ont ainsi permis de boucler ce Vendée Globe en magnifique vainqueur.

Sera-t-il au départ de la prochaine édition ? Il est sans doute trop tôt pour y penser. Mais nul doute que ce très grand compétiteur n’ignore pas que seul Michel Desjoyaux a pour l’instant remporté deux fois le Vendée Globe. Un fait qu’il mettra de côté le temps de vacances bien méritées, mais qu’il ne pourra pas ignorer… Rendez-vous dans 4 ans !

Publié le jeudi 19 janvier 2017 à 17:46, modifications jeudi 19 janvier 2017 à 17:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !