Sport

René Marsiglia, l’ancien footballeur et entraîneur niçois, est décédé

Celui qui fut une personnalité emblématique de l’Olympique Gymnaste Club de Nice est décédé ce dimanche à l’âge de 57 ans.

Alors que le club de Nice caracole en tête de la Ligue 1, le football niçois vient de perdre l’un de ses grands noms historiques.

En effet, René Marsiglia, un ancien joueur et entraîneur de l’Olympique Gymnaste Club, est mort dimanche 25 septembre, à l’âge de 57 ans.

L’OGC Nice présente ses condoléances à la famille de René et à ses proches. Un hommage lui sera rendu lors du prochain match de championnat des Aiglons, face à Lorient (dimanche 2 octobre).

A écrit l’OGC dans un communiqué.

Cette figure emblématique du ballon rond français, mais surtout éducateur et entraîneur est décédée des suites d’une longue maladie.

Né à Aubagne (dans les Bouches-du-Rhône), cet arrière gauche était passé par les clubs de Lille, Lens, Toulon et enfin Nice où il est resté de 1987 à 1994 avant de terminer sa carrière à Amiens. Il a totalisé 345 matchs de Division 1 dans sa carrière de joueur.

René Marsiglia avait ensuite poursuivi son parcours à l’Olympique Gymnaste Club comme directeur du centre de formation puis entraîneur de l’équipe première.

C’est notamment son acharnement qui a permis aux Aiglons d’éviter la Ligue 2 à l’issue de la saison 2011-2012. Ainsi, après avoir repris la tête de l’équipe en 2011 René Marsiglia avait réussi à maintenir le club alors qu’il était dans une situation compliquée.

De nombreuses personnalités sportives, ainsi que de nombreux anonymes lui ont rendu hommage.

Jean-Pierre Rivère, le président de l’OGC Nice, a tenu à rendre hommage à René Marsiglia sur le site officiel du club.

Quand quelqu’un de bien s’en va, il y a toujours une grande tristesse. C’est le cas aujourd’hui. Sur le plan humain, c’est une des meilleures personnes que j’ai rencontrées dans le football. Il m’a marqué par sa gentillesse. Je suis très touché, comme tout le monde. Il ne faut pas oublier que lors de notre 1ère année au club, il avait pris la relève à la tête de l’équipe et l’avait maintenue. Si nous en sommes là aujourd’hui de l’histoire, il en a été le point de départ. J’ai déjà eu l’occasion de le dire, la nuit qui a suivi notre maintien a été la plus mauvaise que j’ai passée jusqu’ici dans le football. Parce que je savais que le lendemain j’allais acter que René serait remplacé par Claude. Il était droit, fidèle. Je crois qu’il ne m’en a jamais vraiment tenu rigueur. Il avait compris ma décision. Nous étions restés en contact. Nous échangions encore beaucoup ces derniers temps. L’été dernier nous avions d’ailleurs commencé à réfléchir avec lui à sa réintégration dans le club, dans d’autres fonctions pour lui permettre de rester dans la région. Nous aurions aimé qu’il revienne dans la famille, même si dans l’esprit il n’a jamais cessé d’en faire partie. Cela ajoute forcément un peu plus de tristesse encore. Nous dédions à sa mémoire la victoire de ce dimanche et lui rendrons hommage la semaine prochaine.

 

Publié le lundi 26 septembre 2016 à 12:41, modifications lundi 26 septembre 2016 à 10:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !