Football

L’offre d’un club de football impossible à refuser pour Hatem Ben Arfa

Hatem Ben Arfa va enfin pouvoir tourner la page du PSG. Mais où va-t-il aller ? Une offre inattendue vient d’arriver…

Jusqu’à ce dimanche 30 juin 2018, Hatem Ben Arfa est un joueur du PSG. Ensuite ? Quelques sérieux candidats se bousculent au portillon. Mais, un nouveau venu pourrait bien emporter la mise. Ou pas.

Direction l’US Castétis-Gouze ?

Pendant la Coupe du Monde 2018, Hatem Ben Arfa est chroniqueur sur France Football. Mais après ? Le 30 juin, il va pouvoir tourner la page du PSG après plus d’un an sans jouer. Toutefois, sa période de disette footballistique touche à sa fin. Marseille, Lyon ou encore un club italien se seraient déjà positionnés pour essayer de l’attirer dans leurs filets. Le club de l’US Castétis-Gouze est le dernier à se joindre à la liste. Vous ne le connaissez pas ? À moins d’habiter dans les Pyrénées Atlantique c’est sans doute normal. Il s’agit en effet d’un club local de première division de district.

Ses dirigeants ont donc adressé à Hatem Ben Arfa un document de 8 pages. Leur proposition paraît dure à refuser. Au programme :

un salaire mensuel brut astronomique de 800 euros, 20 euros de primes par but inscrit, 25 euros pour une passe décisive (c’est tellement mieux de faire marquer), et 30 euros pour un carton rouge provoqué.

Si cela parait peu, il faut aussi prendre en compte les avantages en nature. Un T2 à la maison paroissiale, un véhicule pas sûr de démarrer mais surtout beaucoup… d’amour. Ainsi, le club s’engage à :

lui apporter tout l’amour dont il a manqué au Paris Saint-Germain, à lui répéter tous les jours qu’il est le meilleur, qu’il va y arriver, qu’il n’a pas raté sa carrière, et à terminer chaque entraînement par un câlin et une séance de sophrologie.

On attend encore la réponse du principal intéressé…
Publié le vendredi 29 juin 2018 à 14:03, modifications vendredi 29 juin 2018 à 12:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !