Football

Cinq raisons qui rendent cette Coupe du Monde 2018 très particulière

La Coupe du Monde 2018 ne ressemble à aucune autre pour plusieurs raisons. On vous dit tout.

On arrive désormais dans la dernière ligne droite de cette Coupe du Monde 2018. Le 15 juillet, on connaîtra l’identité du vainqueur de l’épreuve. Mais, elle a déjà beaucoup surpris. Par de nombreux points, elle se différencie de toutes les épreuves précédentes. On en en a listé cinq.

Des absents historiques

Jamais, cela n’était arrivé dans l’histoire de la compétition. Pour la première fois depuis 1930, on ne trouve le Brésil, l’Argentine ou l’Allemagne dans le dernier carré. Toujours au moins un de ces trois pays se trouvait en demi-finale. Mais, après l’élimination de l’Allemagne en poule, de l’Argentine face à la France et du Brésil face à la Belgique, une page se tourne. Pourtant, cela paraissait improbable au début de la compétition tant le Brésil ou l’Allemagne apparaissaient comme des favoris. Si on y ajoute l’Italie qui ne s’est pas qualifiée pour le Mondial, c’est une hécatombe. Bilan ? C’est la France qui possède le meilleur palmarès des équipes encore présentes. Une victoire comme l’Angleterre mais aussi une finale en 2006.

La domination européenne

On vous en parlait ce week-end. Avec la disparition de l’Uruguay et du Brésil, les derniers pays non-européens ont été éliminés de la Coupe du Monde. A noter qu’il ne s’agit toutefois pas exactement d’une première. On en trouve trace en 1934, 1966, 1982 et 2006. Mais, jusque-là, il y avait toujours l’Allemagne ou l’Italie. Le signe d’un certain renouvellement en Europe aussi.

Les leaders du Ballon d’or à la trappe

Au revoir Cristiano Ronaldo (1er). Adieu Messi (2e). Au revoir Neymar (3e). Gianluigi Buffon 4e) lui n’est même pas venu jusqu’en Russie. C’est seulement la seconde fois de l’histoire que quatre premiers du classement du dernier Ballon d’Or ne sont pas représentés en demi-finale. Cela s’était déjà produit en 1962. Une éternité. Peut-être la chance de Griezmann ou Mbappé ?

Un renouvellement complet de demi-finalistes

Pour cette statistique, il faut presque remonter aussi loin que la précédente Souvenez-vous en 2014 au Mondial brésilien. Les demi-finalistes sont : l’Allemagne, l’Argentine, le Brésil et les Pays-Bas. Aucun d’entre eux n’est là cette année. Pour voir un tel phénomène se produire déjà, il faut revenir en 1966. 

La possibilité d’une révolution complète

Il s’agit là encore d’une simple possibilité. Mais, on pourrait très bien avoir une finale de cette Coupe du Monde 2018 avec deux pays “novices”. La Belgique qui affronte la France et la Croatie qui affronte l’Angleterre n’ont jamais mis les pieds en finale ni gagné la Coupe du Monde. Au mieux, ils ont respectivement terminé 4e (1986) et 3e (1998).

Publié le lundi 9 juillet 2018 à 7:32, modifications dimanche 8 juillet 2018 à 20:53

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !