Football

Bleus: une rentrée de classe mondiale

C’est la rentrée des champions du monde: 50 jours après leur sacre, les Bleus sont revenus lundi à Clairefontaine, entre plaisir de se revoir, retour à la compétition jeudi en Allemagne et devant leur public dimanche au Stade de France.

Premiers arrivés lundi matin: Florian Thauvin (Marseille) et Djibril Sidibé (Monaco), adversaires dimanche soir en L1, a constaté un photographe de l’AFP. Une grande banderole “Bienvenue à nos champions” recouvre un pan du mur du “Château”, comme on nomme la résidence des Bleus.

La joie des retrouvailles est palpable dans les discours. “On est restés 55 jours ensemble (avant et pendant la Coupe du monde en Russie), il y a eu beaucoup de moments de bonheur; il y a les joueurs, mais aussi un staff avec 20 personnes, c’est toujours un plaisir de se retrouver, il y aura beaucoup de sourires, de bonheur”, confie le sélectionneur Didier Deschamps dans une vidéo diffusée par la FFF.

“Ça va nous permettre de nous revoir, de rigoler ensemble, se retrouver en famille, entre frères”, a salivé Blaise Matuidi dans Téféfoot dimanche.

Mais le “prof” Deschamps fixe déjà le cadre: “Lundi midi les joueurs arrivent, mais jeudi on est sur le pont, il faudra être performant”. Jeudi, à Munich, il y aura un match contre l’Allemagne, dans le cadre de la Ligue des nations, nouveau tournoi créé par l’UEFA pour remplacer les matches amicaux.

Dimanche prochain, il y aura une autre affiche de cette compétition, contre les Pays-Bas, mais avec une autre saveur, au Stade de France, devant les fans français. Pour fêter et communier encore autour de cette deuxième étoile sur les maillots et dans toutes les têtes.

“Devant notre public”

“C’est le retour au Stade de France, devant notre public, il était donc logique que les 23 champions du monde soient présents”, acquiesce Deschamps. En fait, il n’y a que 22 des 23 mondialistes dans sa liste, car Steve Mandanda est blessé (remplacé par Benoît Costil). “Mais même s’il ne peut pas être acteur (du match), Steve sera là aussi au Stade de France” pour recevoir l’ovation du public, expose Deschamps.

Il y aura peut-être aussi un autre forfait d’ici là: le capitaine Hugo Lloris a un “souci musculaire” et doit faire “le point” lundi avec le staff des Bleus, a dit Deschamps dans Téléfoot.

En cas d’indisponibilité de Lloris, Benjamin Lecomte (Montpellier) pourrait être convoqué en renfort: “Il fait partie des gardiens susceptibles d’être appelés”, a encore glissé DD. Et dans ce cas là, c’est Alphonse Areola (PSG) qui pourrait honorer sa première sélection dans les buts.

Dans leur cocon de Clairefontaine, encadrement et joueurs pourront partager ce qu’ils ont vécu depuis l’odyssée russe. Deschamps confie avoir passé “un très bel été”, croisant “quotidiennement” des “jeunes”, “moins jeunes” qui l’ont remercié pour “le bonheur et les émotions donnés et partagés” au travers de cette Coupe du monde.

“Très belles choses à faire”

Ses joueurs ont eux clairement changé de statut en rentrant dans leurs clubs respectifs. “Cristiano Ronaldo m’a félicité, en plus en français”, a raconté Matuidi au sujet de l’accueil de son nouveau et illustre partenaire à la Juve.

“On nous appelle les +World cup winners+ (champions du monde) quand on arrive au club à Chelsea avec +NG+ (N’Golo Kanté)”, s’est réjoui Olivier Giroud sur Téléfoot.

Comme dans toute rentrée des classes, les bons élèves ont déjà un petit mot pour le maître. Comme Matuidi sur Téléfoot: “Coucou coach, je ne sais pas si je vous l’avais dit, mais merci, avec ce groupe jeune et enthousiaste vous avez créé l’osmose, la Coupe du monde, on vous la doit beaucoup, je sais que je vais me faire chambrer, mais c’est la réalité”.

Et puis il y a les surdoués turbulents. Comme Kylian Mbappé, auteur d’un but superbe samedi à Nîmes avec le PSG mais aussi exclu après un geste d’humeur à la suite d’un sale tacle sur lui.

“Je lui parlerai, à lui comme à d’autres. C’est une situation, un contexte, Kylian a eu très certainement peur d’être blessé à plusieurs moments”, a expliqué DD. “Je n’accuse pas les Nîmois, ils ont un jeu fondé sur l’agressivité. Kylian, il va devoir gérer, (il était attendu avant, mais) là c’est Kylian champion du monde. Mais il n’y a rien de bien méchant”, a poursuivi le technicien.

Et de donner l’intitulé de sa première leçon: “On a touché le toit du monde mais on a encore de très belles choses à faire”.

Publié le lundi 3 septembre 2018 à 14:33, modifications lundi 3 septembre 2018 à 12:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !