Sport

Football : Il simule sa mort pour éviter de prendre un carton rouge

On connaissait la simulation dans l’espoir d’obtenir un penalty ou que l’adversaire prenne un carton, mais un match de Copa Libertadores nous a montrés un autre type de tromperie. C’est le gardien de but du club de Barcelona en Equateur, Maximo Banguera, qui nous a offerts un délicieux moment le 11 mars dernier en phase de poules.

Dans cette Ligue des Champions version Amérique du Sud, Barcelona affrontait l’Atletico Nacional, club colombien, dans son antre. Après avoir ouvert le score dès la première minute de jeu, les Équatoriens ont vu leur adversaire du soir revenir au score. La fin de match approche alors, et l’attaquant adverse trouve un intervalle dans la défense de Barcelona et file vers le gardien… avant que celui-ci ne le fauche en sortant en dehors de sa surface de réparation.

Maximo Banguera va alors utiliser une technique bien particulière pour espérer tromper l’arbitre : faire le mort, dans l’espoir que l’on croit qu’il est la victime de ce coup, au lieu de penser qu’il est justement l’agresseur. Un cinéma d’une minute qui n’aura servi strictement à rien : l’arbitre ne s’est pas fait avoir et le gardien de but a pris un carton rouge dès lors qu’il s’est remis sur ses deux pieds.

Comble de l’histoire, alors que le score était de 1 partout à ce moment-là du match (89 ème minute), le gardien remplaçant qui est entré en jeu pour suppléer Maximo Banguera a encaissé un but à la 90 ème minute, faisant perdre son équipe sur le fil, après avoir mené au score à domicile.

Barcelona est par conséquent dernier de sa poule, avec zéro point et trois défaites en trois matchs. Le club équatorien est désormais pratiquement éliminé. Grâce à ce sketch, leurs adversaires, l’Atletico Nacional, grimpe à la seconde place et se trouve en bonne position pour se qualifier pour le prochain tour.

Publié le vendredi 13 mars 2015 à 17:36, modifications vendredi 13 mars 2015 à 17:36

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire