Corée du Nord : Kim Jong Un veut envoyer plus de 200 pom-pom girls aux JO 2018

Les JO 2018 pourraient bien ceux être de la réconciliation. Organisés à Séoül en Corée du Sud, ils recevront une délégation de sportifs de Corée du Nord. Mais Kim Jong-Un veut aussi y ajouter une importante équipe de pom-pom girls.

C’est la dernière annonce d’une longue série. La Corée du Nord veut envoyer une véritable armée de pom-pom girls aux JO 2018 qui auront lieu à Séoul en Corée du Sud. Une nouvelle forme de soft power ?

“L’armée des beautés” sera au rendez-vous

Les médias sud-coréens en parlent comme de “l’armée des beautés”. Pour le journal britannique The Independent, elles sont même plus attendues que les athlètes ou les diplomates. Plus de 200 pom-pom girls nord-coréennes pourraient être du déplacement pour les JO 2018 à Séoul du 9 au 25 février.

Mais attention, il ne faut pas s’arrêter à leur simple beauté. Les pom-pom girls nord-coréennes sont avant tout pensées comme une arme de soft power pour le pays. Choisies pour leur bonne idéologie, elles sont chargées de représenter le pays à la perfection. Pour réaliser l’importance qu’elles ont, rien ne vaut les chiffres. L’armée des beautés présente le plus souvent des effectifs plus importants que les athlètes. Selon les rumeurs, Ri Sol Ju, l’actuelle épouse de Kim Jong-Un aurait même fait un temps partie de cette équipe d’élite.

Bateau de croisière et délégation commune

Bien entendu, ces pom-pom girls ne sont pas la seule spécificité nord-coréenne au programme pour ces Jeux Olympiques. Comme toujours avec la Corée du Nord, il est parfois difficile de confirmer les rumeurs avec des informations vérifiées. Ainsi, alors que Kim Jong-Un venait d’évoquer la possibilité pour la Corée du Nord de participer, un dirigeant sud-coréen faisait une proposition pour le moins insolite. En guise d’hôtel, il suggérait ainsi d’héberger la délégation dans un bateau de croisière. Trouver un camp de base au dernier moment se révèle en effet plutôt compliqué. Par ailleurs, il s’agit d’une solution qui avait déjà utilisée lors des Jeux Asiatiques de Busan en 2002.

Au rayon des polémiques, on trouve les suggestions du vice-ministre sud-coréen des Sports Roh Tae-Kang. Il a ainsi proposé l’inscription d’une équipe féminine de hockey sur glace unie et un défilé commun dans le stade olympique. Mais, des dizaines de milliers de personnes ont signé des pétitions pour que le président sud-coréen s’oppose à ce projet. Des histoires qui restent en tout cas plus rassurantes que les menaces nucléaires ou les échanges verbaux entre Donald Trump et Kim Jong-Un.

Modifié : 18 janvier 2018 10 h 44 min

Ce site utilise des cookies.