Sport

Chapecoense : Un dernier hommage rendu aux joueurs par les supporters du club

L’équipe de football brésilienne de Chapecoense, qui a été décimée lors de la catastrophe aérienne en Amérique du Sud la semaine dernière, a reçu un ultime hommage dans son stade. La ville de Chapeco était plongée dans le deuil, samedi 3 décembre, à l’occasion de l’hommage officiel rendu aux joueurs qui ont trouvé la mort dans l’effroyable accident d’avion du lundi 28 novembre. L’appareil qui transportait les membres du club s’est écrasé dans les collines de la région de Medellin.

L’hommage de toute une ville au club de Chapecoense

Les habitants de la ville de Chapeco ont tenu à rendre un dernier hommage aux joueurs et à l’encadrement de leur club du Chapecoense qui ont péri dans le crash aérien de lundi dernier. Les habitants de cette petite ville du sud du Brésil se sont donc massés ce samedi le long du cortège funèbre.

Les dépouilles des joueurs ont traversé la ville, de l’aéroport jusqu’au stade, dans un premier temps.

Une cérémonie émouvante en mémoire des disparus s’est ensuite déroulée dans l’enceinte de l’édifice sportif qui accueillait habituellement les matchs à domicile du club de Chapecoense. Des milliers de Brésiliens ont assisté et participé activement à ce dernier hommage poignant. Le stade Arena Condà était comble d’ailleurs pour cette commémoration.

50 cercueils, protégés de la pluie avec des bâches de plastique transparent, ont été transportés par des militaires jusqu’au au bord de la pelouse sous un chapiteau. Près de 19 000 personnes étaient ainsi présentes dans le stade et en tribunes pour assister à ce dernier hommage aux victimes. La plupart des personnes dans la foule portaient les tenues officielles de l’équipe de Chapecoense : le maillot vert et blanc. Les portraits des joueurs étaient d’ailleurs visibles sur de nombreux vêtements floqués qu’arboraient un grand nombre de Brésiliens émus dans l’assistance.

Roniele Pizini, une employée de bureau de 34 ans à Chapeco, s’est confiée au micro de l’AFP sur cette tragédie :

Nous sommes très tristes. Nous vivions un rêve avec eux. Ils nous donnaient tant de joie. Aujourd’hui, c’est un cauchemar. Toute la ville pleure, même la pluie, pour tous ceux qui sont morts, sans oublier les journalistes.

chapecoense-un-dernier-hommage-rendu-aux-joueurs-par-les-supporters-du-club

Une cérémonie sous le signe de l’émotion

Le président brésilien Michel Temer et le dirigeant actuel de la Fédération internationale de football (Fifa) Gianni Infantino étaient présents en tribunes à l’occasion de l’hommage de tout un peuple pour ce club de football de Chapecoense. Les hymnes du Brésil et du club ont retenti. Des musiques funèbres ont été jouées durant la cérémonie.

Après plusieurs discours officiels, le speaker du stade a lu au micro l’ensemble des noms des joueurs et des membres de l’encadrement technique qui ont perdu la vie dans ce drame aérien. Les ovations du public retentissaient d’ailleurs à chacun des noms prononcés.

La cérémonie s’est déroulée dans un profond recueillement. Une minute de silence a été également respectée dans le stade. Un hommage religieux œcuménique a aussi été célébré avec la lecture d’un message de solidarité et de condoléances du pape François.

chapecoense-un-dernier-hommage-rendu-aux-joueurs-par-les-supporters-du-club

Le point sur l’enquête

77 personnes sont mortes dans le terrible accident d’avion de la compagnie bolivienne Lamia. Près de vingt journalistes figurent également parmi les victimes. Leurs dépouilles ont été rapatriées par avion séparément. Six passagers ont réussi à survivre. Les conclusions de l’enquête devraient être apportées dans les six prochains mois. Le crash serait donc dû à une panne de carburant et à une défaillance électrique selon les autorités colombiennes.

Le directeur de l’Aviation civile, Alfredo Bocanegra, s’est ainsi exprimé sur l’avancée des investigations :

C’est une hypothèse qui se renforce, mais qui doit être analysée par les enquêteurs, comme les informations de la boîte noire et les enregistrements de la tour de contrôle.

La licence de vol de la compagnie Lamia a été suspendue par le gouvernement bolivien suite à ce drame. Les autorités boliviennes ont ouvert une enquête. Plusieurs hauts fonctionnaires de l’aviation civile ont également été destitués. D’après des informations de Gustavo Vargas, le représentant de la compagnie Lamia, l’avion n’aurait pas respecté le plan d’approvisionnement en carburant. Une escale prévue à Cobija, ville bolivienne, proche de la frontière avec le Brésil, ou à Bogotá n’aurait pas été effectuée par l’équipage.

chapecoense-un-dernier-hommage-rendu-aux-joueurs-par-les-supporters-du-club

Une tragédie humaine et sportive

La formation de Chapecoense vivait un véritable conte de fée depuis son accession récente en première division. Le club était en voyage pour disputer la finale de la Copa Sudamericana. Ils devaient affronter l’équipe colombienne de l’Atlético Nacional dans un match aller-retour. Ce rêve s’est transformé en tragédie cauchemardesque.

Sur le plan sportif, le trophée de la finale de la Copa Sudamericana sera bel et bien attribué à Chapecoense. Ivan Tozzo, le président par intérim du club brésilien, a confirmé cette nouvelle qui était pressentie depuis plusieurs jours :

La Confédération sud-américaine de football (CONMEBOL) a certifié qu’elle sacrera Chapecoense vainqueur de la Copa Sudamericana. Nous sommes soutenus par toutes les fédérations.

C’est le club colombien de l’Atlético Nacional, l’adversaire de Chapecoense prévu en finale, qui avait suggéré cette décision. La prime de victoire de 2 millions de dollars sera également versée à l’équipe victime de cette catastrophe aérienne.

Un deuil de 30 jours a été décrété dans la ville de Chapeco suite à ce tragique accident d’avion qui a décimé le club. Le monde du football a tenu à rendre de très nombreux hommages au club et aux joueurs disparus le week-end dernier.

Publié le mardi 6 décembre 2016 à 9:05, modifications mardi 6 décembre 2016 à 8:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !