Environnement

Le Japon va déverser ses eaux radioactives dans l’océan Pacifique

La presse japonaise a rapporté vendredi que l’entreprise Tepco, qui exploite la centrale nucléaire japonaise Fukushima, a décidé de déverser l’eau contaminée par du tritium dans l’océan Pacifique. Le tritium, l’un des isotopes qui composent l’hydrogène, a des propriétés radioactives.

Takashi Kawamura, ancien d’Hitachi et actuel président de la multinationale, n’a pas caché ses intentions à l’agence de presse japonaise, Kyodo. Il confirme sobrement:

La décision a été prise.

Les catastrophes naturelles de l’année 2011 ont fortement perturbé le bon fonctionnement de la centrale de Fukushima. Un tremblement de terre suivie d’un tsunami ont rendu complètement hors d’usage le système de refroidissement principal et plusieurs réacteurs sont entrés en fusion. En attendant son démantèlement, qui devrait prendre environ quarante ans, la centrale a été mise hors service et le Japon doit désormais s’occuper du traitement des eaux souillées et des déchets.

Un désastre pour l’environnement ?

Les réacteurs en fusion doivent être constamment arrosés d’eau afin de les refroidir. L’eau ainsi contaminée est alors filtrée et traitée. Le système de traitement éliminerait 62 types de matières radioactives, excepté le tritium. Pas moins de 580 réservoirs contenant environ 777 000 tonnes d’eau accumulées sont entreposés sur le site. Le déversement dans le Pacifique de ces eaux polluées est donc jugé nécessaire. Stockées, elles empêcheraient la fermeture définitive de la centrale. Le président de l’autorité de la régulation nucléaire au Japon, Shunichi Tanaka, a ordonné à Tepco de déverser l’eau dans l’océan. Le risque serait moindre car le tritium ne serait présent qu’en petite quantité. Mais cela peut représenter beaucoup sur 777 000 tonne d’eau…

Une décision controversée

La population locale et notamment les pêcheurs, ne voient pas cette décision d’un bon œil. L’absence d’information et de communication a été fortement déplorée par les riverains. Kanji Tachiya, président d’une association de pêche, a déclaré à Kyodo News que le déversement d’eau radioactive “créerait une nouvelle vague de rumeurs infondées” qui affecterait le business.

Aileen Mioko-Smith, une activiste anti-nucléaire, a déclaré au Telegraph:

Les autorités auraient pu concevoir un moyen d’éliminer le tritium au lieu de simplement annoncer qu’ils allaient le jeter dans l’océan. Ils disent que ce ne sera pas dangereux parce que l’océan est grand, donc il sera dilué. Mais cela pourrait se reproduire, permettant essentiellement à quiconque de souiller nos mers de déchets nucléaires.”

On ignore encore la date prévue de l’exécution de cette regrettable mesure.

 

Publié le lundi 17 juillet 2017 à 11:33, modifications lundi 17 juillet 2017 à 9:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !