Economie

Le FMI salue « les progrès impressionnants » de la France et encourage Emmanuel Macron à poursuivre les réformes

Les experts du Fonds monétaire international ont accueilli favorablement les réformes entreprises par Emmanuel Macron. Ils estiment même que la France est devenue le « chef de file des réformes en Europe ».

Emmanuel Macron a recueilli une salve d’éloges dans les conclusions préliminaires de la revue annuelle de l’économie française du FMI et publiées lundi 4 juin. Au point de qualifier la France de « chef de file des réformes en Europe ».

Pendant sa première année, le nouveau gouvernement a opéré un nombre impressionnant de réformes. Le programme d’action à venir est tout aussi ambitieux.

A justifié l’équipe d’experts qui a scruté l’action entreprise par l’exécutif depuis mai 2017.

S’attaquer aux problèmes structurels

Ainsi, les économistes du FMI estiment que les ordonnances visant le marché du travail et celle de la fiscalité « devraient être favorables à l’investissement, à l’emploi et la croissance ». En outre, ils saluent la réforme à venir de la formation professionnelle, de l’apprentissage, et le plan d’investissement en compétences. Toutes ces mesures devraient « améliorer les perspectives des travailleurs peu qualifiés » en alignant leurs compétences sur les besoins des entreprises. Enfin, l’institution internationale basée à Washington approuve également le projet de réforme de la SNCF. Ou encore la loi Pacte, qui devrait être prochainement annoncée par Bruno Le Maire et destinée à « améliorer le climat des affaires ».

Néanmoins, l’institution internationale invite les autorités à continuer sur cette lancée « pour s’attaquer aux problèmes structurels qui subsistent et accroître la résilience aux chocs ».

Malgré cette tendance globalement positive, nous voyons des nuages à l’horizon.

A averti Delia Velculescu, la cheffe de la mission du FMI pour la France. Celle-ci a mis en lumière les tensions commerciales croissantes avec les Etats-Unis, l’incertitude géopolitique ou encore l’érosion de la confiance en Europe.

Résister à de nouvelles baisses d’impôts non financées

Par ailleurs, dans leur rapport, les experts du Fonds ont invité les autorités à « résister aux appels à de nouvelles baisses d’impôts non financées ».

Il reste à définir dans une large mesure les mesures qui permettront de réduire le déficit à moyen terme.

En effet, le gouvernement, qui compte réduire de trois points la dépense publique sur ce quinquennat, n’a pas encore précisé les options envisagées pour contenir les dépenses de l’Etat.

Pour assurer la crédibilité de la stratégie, il est essentiel de procéder à des réformes des dépenses. Et à tous les niveaux des administrations publiques à compter de la loi de finances 2019.

Peut-on lire dans les conclusions de la mission. Le FMI estime notamment que les prestations sociales pourraient être mieux ciblées et simplifiées.  Ainsi qu’une rationalisation des niches fiscales et subventions aux entreprises.

Pour l’instant, le FMI table sur une croissance de 2,1% cette année et 2,0% en 2019. Toutefois, ces prévisions pourraient à nouveau être réévaluées en juillet.

Publié le mardi 5 juin 2018 à 12:21, modifications mardi 5 juin 2018 à 11:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !