Insolite

Afrique du Sud : cet homme a voulu tester sa copine, une très mauvaise idée

Il a laissé sa maison en désordre pour voir si elle rangerait. Les choses se sont retournées contre lui.

Elle le quitte

Il y a quelques dizaines (voir plus) d’années, la division des rôles à l’intérieur du domicile familial était claire et pour le moins sexiste. Aux femmes, on laissait la cuisine et le rangement de la maison. Aux hommes, la charge de travailler à l’extérieur pour apporter de l’argent au foyer. Mais, heureusement, avec le temps, cette séparation a disparu. La norme et le bon sens veulent désormais que les tâches soient partagées de façon équitable à la maison. Mais, tout le monde n’a pas forcément compris cela.

C’et ce que révèle l’histoire de @VJBritemanLive, aka The Liveman, un utilisateur de Twitter. Celui-ci a eu un comportement pour le moins sexiste et il l’assume complètement sur les réseaux sociaux. Le 1er mai dernier, il raconte ainsi une histoire qui peut sembler complètement folle sur Twitter. Il avait en effet laissé sa maison en désordre pour voir si elle allait ranger. 

J’ai invité ma copine pour la première fois chez moi. Et pour être honnête, j’ai été très déçu. Elle est partie sans avoir nettoyé les assiettes ou fait un peu de ménage. Je pensais qu’elle pourrait devenir ma femme mais elle a complètement raté ce test de petite amie.

Comme on peut s’y attendre, les internautes se sont déchaînés sur lui. Ils lui ont expliqué que son comportement était sexiste et quelque peu passéiste. Pour eux, c’est elle qui a eu de la chance !

Mais, l’histoire ne s’arrête pas là. Le jeune homme qui a complètement assumé son action dans d’autres messages a vu l’histoire se retourner contre elle. En effet, si sa copine n’avait pas Twitter, des personnes lui ont montré les messages ! Résultat, elle a mis fin à leur relation. Mérité non ?

Publié le dimanche 13 mai 2018 à 10:01, modifications dimanche 13 mai 2018 à 10:03

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !