Média

iTélé – stop ou encore ? : Le mouvement entre dans sa dixième journée de grève

La grève a été votée massivement à “iTélé” ce mercredi pour une dixième journée consécutive. Selon la Société des journalistes de la chaîne d’information en continu du groupe “Canal Plus” de Vincent Bolloré, une nouvelle rencontre était prévue ce mercredi entre la direction et les salariés. Le bras de fer entre les journalistes et la direction semble loin d’être terminé.

La poursuite du mouvement de grève a été votée massivement ce mercredi par 83,9 % des votants (94 voix pour sur 112 votants).

La grève à iTélé est donc prolongée jusqu’à jeudi 11h30.

Ce mouvement inédit pour le groupe Canal + a permis aux journalistes de la chaîne d’exprimer leur mécontentement à la direction et de transmettre leurs doléances à Vincent Bolloré. Cette crise couvait depuis de nombreux mois lors de l’arrivée du nouveau grand patron.

L’affaire Morandini et surtout son arrivée sur la chaîne iTélé a servi de déclencheur à ce mouvement de colère de la part des salariés qui se sont sentis méprisés par leur direction.

Olivier Ravanello avait tiré la sonnette d’alarme il y a de nombreux mois estimant que la chaîne n’avait pas les moyens d’effectuer sa mission au quotidien et n’avait pas pu obtenir de garanties sur la stratégie de la chaîne lors de l’arrivée de Vincent Bolloré.

Le journaliste et éditorialiste a décidé courageusement et la mort dans l’âme de quitter la rédaction d’iTélé vendredi dernier. Olivier Ravanello était à la tête de la Société des journalistes de la chaîne.

La chaîne iTélé a tenu à rassurer le parti des Républicains et les centristes.

Le deuxième débat de la primaire de la droite et du centre qui était prévu pour le 03 novembre prochain sera bien diffusé et est assuré d’être à l’antenne sur iTélé dans de bonnes conditions. Même si la grève devait se poursuivre la semaine prochaine, iTélé s’engage à diffuser ce deuxième débat pour la primaire de la droite.

Depuis lundi dernier, la chaîne diffuse uniquement des reportages ou des rediffusions du débat entre Hillary Clinton et Donald Trump. Toutes les émissions et les tranches d’infos habituelles ont été supprimées.

Laurence Ferrari, Olivier Galzi, Soizic Boisard, Laurence Haïm, Romain Desarbres, Sonia Chironi, François Pinet, Pascal Praud, Julien Pasquet, Claude Askolovitch, Jean-Jérôme Bertolus, Guillaume Auda, Mathieu Cavada, Michel Chevalet, Lea Barraco, Olivier Benkemoun, Adrien Borne ou bien encore Antoine Genton et tant d’autres journalistes et envoyés spéciaux (sans oublier tous les techniciens et les autres salariés de la chaîne) n’apparaissent et ne travaillent plus du tout sur l’antenne d’iTélé depuis dix jours, date du début de ce mouvement de grève sans précédent pour une chaîne d’information en continu en France.

Le mouvement est beaucoup plus important que lors de la contestation et de la requête pour le départ d’Eric Zemmour de l’antenne de la chaîne suite à ses propos dans une interview sur l’islam dans un quotidien italien. Ce débat animé par Olivier Galzi entre Eric Zemmour et Nicolas Domenach avait été suspendu en 2014.

Un compte Twitter, iGrève, relaie la plupart des actions, des messages de soutien ainsi que les communiqués de la Société des journalistes depuis le début du mouvement.

Même Cyril Hanouna, dont l’influence et le rôle à C8 devient de plus en plus politique et important face à Vincent Bolloré après le succès de son marathon de 35 heures de direct, vient de s’engager et de s’exprimer sur ce conflit qui paralyse et handicape lourdement le groupe Canal + en cette rentrée 2016 alors que la partie fiction du groupe est prometteuse avec les diffusions de séries très attendues comme Braquo, The Young Pope ou Gomorra.

L’émission de Jean-Marc Morandini, Morandini Live qui a débuté le premier jour de la grève a été suspendue jusqu’à la fin de la grève pour tenter d’apaiser la situation. Ce geste de la direction est passager. L’émission sera bel et bien diffusée et reprendra à la fin du mouvement de grève, lors de la reprise de l’antenne d’iTélé.

L’émission Morandini Live a été arrêtée après une semaine d’antenne et après avoir essuyé les vives critiques des internautes, sur Twitter notamment. Ils se sont livrés à une véritable cabale contre l’animateur qui tournait presque à la chasse aux sorcières (enquête sur les chroniqueurs, compte Instagram fouillés pour trouver des photos de connivence entre la journaliste Rachel Bourlier, ses invités ou les membres de sa famille) alors que l’animateur était adulé aux temps de son émission sur D8 au lancement de la TNT aux côtés de Cécile de Ménibus et Rodolphe de Laboulaye. Jean-Marc Morandini était largement écouté sur Europe 1 avec Le Grand Direct des Médias ou encore très suivi sur Nrj12 avec l’émission Crime.

Les internautes ont même réussi à faire pression sur les annonceurs qui ont reçu des messages indignés sur Twitter et des plaintes par téléphone. Les grandes marques étaient accusées sur la toile d’être solidaires de l’animateur en apparaissant à l’écran lors des coupures publicités de Morandini Live sur iTélé.

Canal + ne diffusait plus que des annonces pour ses chaînes et ses programmes lors des réclames et des coupures de Morandini Live à la fin de la semaine dernière.

L’émission a été interrompue depuis lundi faute de moyens techniques et de personnel pour assurer le direct et également pour envoyer un signal fort aux grévistes.

L‘animateur est présumé innocent même si les faits présumés sont graves et accablants. Il n’a pas encore été jugé, ni condamné même s’il a été mis en examen. La Société des journalistes n’a d’ailleurs pas souhaité accabler Jean-Marc Morandini sur le plan judiciaire mais estime que c’est plutôt l’image de la chaîne et de leur travail d’information au quotidien qui est menacé sur le plan de la déontologie et par rapport au jugement un peu trop trash et faible à leurs yeux du programme de Morandini.

La chaîne iTélé devait être rebaptisée en CNEWS comme ce fut le cas pour les autres chaînes de la TNT du groupe Canal + : D8 (C8), et D17 (CSTAR). Ce changement de nom et d’identité de la chaîne sera effectué dans les mois qui viennent, une fois que la tempête médiatique sera retombée après cet important mouvement de grève.

Espérons pour les journalistes et les salariés de la chaîne d’information que la grève leur aura permis d’obtenir des solutions concrètes concernant leurs revendications et que ce mouvement de mobilisation et de solidarité des autres rédactions, de leurs confrères mais également des citoyens et des téléspectateurs leur permettra de faire remonter les audiences à la reprise de l’antenne.

En attendant BFM TV, LCI, France 24, Euronews et France Info doivent se frotter les mains avec de meilleures audiences. Les téléspectateurs d’iTélé ont dû se rendre sur leurs antennes depuis une dizaine de jours.

Les salariés d’iTélé devaient rencontrer mercredi à la mi-journée un des hauts responsables de Vivendi, Stéphane Roussel.

Les salariés réclament plus de moyens, une charte éthique pour garantir leur indépendance vis-à-vis de leur principal actionnaire (Vincent Bolloré) et le départ de Jean-Marc Morandini.

Les hastags #JeSoutiensITele et #MorandiniLive sont devenus les symboles de cette grève et de ce conflit, sans précédent dans les médias français, dont l’issue est toujours incertaine.

Publié le jeudi 27 octobre 2016 à 8:57, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !