People

Le fils d’Éric Naulleau brutalement agressé par un chauffeur Uber

Hier midi, Éric Naulleau partageait à ses abonnés Twitter une bien triste information. Son fils a été agressé par un chauffeur Uber et laissé avec deux fractures au visage.

L’ancien chroniqueur de Laurent Ruquier est en colère et le fait savoir. Éric Naulleau a créé le nouvel hashtag #balancetonuber, à l’image du tristement célèbre #balancetonporc, en référence à l’affaire Harvey Weinstein. La création de ce hashtag n’a pas vraiment eu l’effet escompté. Si certains twittos ont manifesté leur soutien, d’autres ont pointé le fait qu’il ne fallait pas faire d’amalgames et dénoncé les messages de délation.

 

 

Éric Naulleau n’a malgré tout pas donné plus de détails sur les circonstances de l’agression. On ignore ce qui a provoqué cet incident ni comment il s’est produit.

 

Uber se défend

La société de chauffeurs VTC a réagi et assure avoir accompagné Éric Naulleau et son fils au commissariat lors du dépôt de plainte. Contactée par le Huffington Post, le porte-parole d’Uber France rappelé que “la violence n’est pas acceptable sur l’application” :

Notre équipe d’agents de support, disponible 24h/24, 7j/7, est entrée immédiatement en contact avec M. Naulleau et son fils pour leur apporter l’aide nécessaire dans leur démarche. Nous avons soutenu Eric Naulleau et son fils en les accompagnant personnellement au commissariat, avec appels et SMS quotidiens. Nous avons désactivé le chauffeur de notre application à titre préventif, le temps pour la police de faire toute la lumière sur cet incident.

 

En outre, Uber affirme également avoir mis à disposition leur “équipe en charge des relations avec la police et les autorités afin de fournir toute l’assistance requise en lien avec le dépôt de plainte du fils de M. Naulleau.” Cette histoire serait prise très au sérieux par la société :

Lorsqu’un incident est remonté à nos services, nos équipes dédiées 24h/24 7j/7 prennent immédiatement les mesures de prévention nécessaires. Elles fournissent si besoin toute l’assistance requise à la police et aux autorités. Nous faisons donc le maximum pour aider nos utilisateurs dans leurs démarches.

 

Le critique littéraire précise cependant qu’il a dû insister auprès d’Uber pour qu’un représentant de la compagnie les accompagne lui et son fils au commissariat.

 

 

L’image de l’entreprise a déjà été ternie les années précédentes. Le site américain BuzzFeed rapportait l’année dernière qu’entre 2012 et 2015, au moins 170 plaintes pour agressions sexuelles avaient été recensées contre des chauffeurs Uber.

Publié le samedi 2 décembre 2017 à 17:13, modifications samedi 2 décembre 2017 à 17:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

5 Commentaires