People

Avicii : Le documentaire qui révèle la vérité qui se cache derrière le DJ

Avant la tragique mort du DJ Avicii, Netflix a diffusé un documentaire sur la vie du jeune homme de 28 ans. On y découvre les déboires de celui qui nous a quittés.

Avant sa surprenante disparition à 28 ans le 20 avril dernier, Avicii ne menait pas une vie aussi facile que l’on aurait pu l’imaginer. Quelques jours avant sa mort, la plateforme Netflix a diffusé un documentaire sur le jeune homme. Les téléspectateurs ont ainsi pu découvrir l’envers du décor de la vie du suédois.

Le but de ce documentaire intitulé Avicii True Stories, voulait expliquer les raisons pour lesquelles le DJ avait décidé de ne plus donner aucun concert depuis 2016.

Avicii : Épuisé par une centaine de concerts

Le documentaire montre d’abord le jeune homme adolescent alors qu’il crée ses premières mélodies. Par la suite, nous le voyons évoluer jusqu’à devenir le célèbre DJ qui a fait bouger les foules grâce à ses incontournables tubes.

Au fur et à mesure, la popularité grandit et les concerts s’enchaînent. En 5 ans, Avicii aurait réalisé jusqu’à 813 shows.

J’ai commencé à mixer en me donnant à 100% sans savoir ce qui allait arriver. Et j’ai continué à 100% tout le temps. Tout, autour de moi, me poussait à faire toujours plus. Je n’ai pas pris le temps de réfléchir, à ce qui ne me plaisait pas dans les tournées.

Pour tenir le coup, le jeune homme a basculé dans l’alcoolisme. Il a par la suite dû se faire retirer la vésicule biliaire. Les images nous montrent le DJ confronté aux médecins dans sa chambre d’hôpital. Ses maux d’estomac ne lui permettaient plus de trouver le sommeil. Il devait alors prendre 20 pilules par jour pour que la douleur soit supportable.

J’ai vu de nombreux DJ boire. Je connais des DJ qui sont dans le circuit depuis dix ans et qui boivent toujours, à chaque show.

Avicii avait alors déclaré :

Les fans étaient super heureux et moi j’étais super mal. Les concerts n’en finissaient pas. Quand j’avais envie de taper dans les murs, je m’arrêtais deux mois mais je n’arrivais pas à me détendre en pensant aux nouveaux concerts qui approchaient.

De biens tristes confessions…

écrit par Alexandre Vieira

Publié le mercredi 25 avril 2018 à 13:42, modifications mercredi 25 avril 2018 à 13:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !