Culture

Pablo Neruda : Son certificat de décès est faux, le poète n’est pas mort d’un cancer

Un groupe d’experts a déclaré que le poète chilien et prix Nobel de littérature Pablo Neruda n’était pas mort d’un cancer, contrairement à ce que son certificat de décès indique…

Une nouvelle fois, la mort de Pablo Neruda est au coeur des interrogations.

Pourtant, cette fois, selon un groupe de 16 experts internationaux mandaté par la justice chilienne le poète chilien ne serait pas mort d’un cancer.

Ainsi, le décès du prix Nobel de littérature de 1973, survenu deux semaines après le coup d’État d’Augusto Pinochet, fait encore planer nombre de doutes. Pas de cancer, donc… mais aucune véritable révélation non plus.

Ce qui est certain. Ce qui est catégoriquement sûr à 100%. C’est que le certificat ne reflète pas la réalité du décès.

A affirmé le Dr Aurelio Luna lors d’une conférence de presse ce vendredi 20 octobre.

Une mystérieuse bactérie

Ainsi, les derniers tests réalisés sur le cadavre de Pablo Neruda confirment désormais que le cancer de la prostate n’est donc pas la cause de sa mort.

Si, le poète était bien atteint par cette maladie, les 16 scientifiques internationaux ont jugé qu’elle ne représentait pas une menace immédiate pour sa santé.

Car, d’après le document rédigé par la junte militaire et publié par la clinique Santa Maria de Santiago le 23 septembre 1973, le poète est mort à 69 ans d’un cancer de la prostate.

Or, les seize spécialistes du Canada, du Danemark, des Etats-Unis, d’Espagne et du Chili n’ont trouvé aucun signe de « cachexie cancéreuse ». Il s’agit du stade terminal d’un cancer de la prostate.

Cependant, si ce « faux diagnostic » paraît très suspect, les experts n’ont pu trouver aucune preuve formelle de l’assassinat de Pablo Neruda.

Au jour d’aujourd’hui, nous ne disposons pas de conclusion définitive. Nous ne pouvons déterminer qu’il y a eu effectivement une intervention de tiers.

A déclaré le juge Mario Carroza, qui enquête sur la mort du poète depuis 2011.

Désormais, d’autres tests porteront sur l’examen des toxines trouvées sur le corps exhumé en 2013.

Par ailleurs, Aurelio Luna, spécialiste espagnol de la médecine légale à l’Université de Murcia, a déclaré aux journalistes que son équipe avait découvert une bactérie. Celle aurait pu être cultivée en laboratoire.

Elle sera donc analysée avec méthode, pour en apprendre plus. Les résultats ne sont pas à attendre avant six mois, voire une année.

Nous attendons de pouvoir établir précisément s’il s’agit de bactéries venant d’un laboratoire. Modifiées et cultivées pour servir d’arme biologique.

La thèse de l’assassinat ravivée

Or, la découverte de cette bactérie vient soutenir la thèse de l’empoisonnement largement défendue par Manuel Araya. Il était le chauffeur et assistant personnel de Pablo Neruda.

L’homme prétend depuis toujours que le poète avait été transféré depuis son domicile de l’Isla Negra à la clinique Santa Maria. Là, un poison lui aurait été injecté, provoquant sa mort.

Selon lui, l’injection lui aurait été faite la veille de son départ pour le Mexique. Pablo Neruda comptait s’y exiler pour y mener l’opposition au général Pinochet.

Alors s’agit-il d’un assassinat politique ?

Pour le moment, le mystère du décès de Pablo Neruda reste entier.

Publié le dimanche 22 octobre 2017 à 16:45, modifications dimanche 22 octobre 2017 à 16:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !