Culture

Un groupe d’Artistes internationaux demande la réhabilitation de Béatrix Ruf au musée Stedelijk

La directrice du Musée d'Amsterdam avait démissionné après des accusations de conflits d'intérêts

Une pétition est lancée par un groupe d’artiste internationaux pour ramener Beatrix Ruf à la tête du Musée Stedelijk d’Amsterdam

En octobre dernier, la directrice allemande s’était retirée de la direction du Musée Allemand en réaction à de nombreuses accusations de conflits d’intérêts. Aujourd’hui, plusieurs artistes internationalement reconnus ont lancé une pétition demandant son retour.

Un manque de transparence aux lourdes conséquences

Plusieurs éléments liés aux activités de Beatrix Ruf ont fait surface, amenant la majorité à considérer la possibilité d’un conflit d’intérêts entre ses différentes pratiques. En effet, bien que directrice du musée Stedelijk d’Amsterdam à temps plein, elle comptabilise pas moins de 20 autres activités liées à l’art. Parmi celles-ci, des positions temporaires en tant que jury à des concours artistiques ou encore une place à la tête d’une maison d’édition…

Ce qui a fait tâche, c’est son activité secondaire en tant que consultante, conseillère artistique. Cette société de conseil semble être problématique au regard de sa position à la tête du musée. Aujourd’hui, de riches investisseurs sont prêts à débourser des montants conséquents pour bénéficier des conseils de personnalités influentes du monde de l’art.

En effet, être à la tête d’un musée permet de bénéficier de contacts, d’une stature et d’un réseau accessible qui auraient pu lui être bénéfique pour sa société. De plus, il semblerait que cette activité, ainsi que d’autres, n’auraient pas été déclaré au musée.

Un porte parole atteste qu’il ne s’agirait que d’un problème d’organisation, là où d’autres estiment qu’il s’agit d’un manque d’honnêteté. La confrontation du milieu privé et du milieu public est problématique. L’idée que les conservateurs puissent gagner de l’argent à côté de leur poste semble nuire à l’industrie de l’art.

Une talentueuse découvreuse de talents

Ce qui fait la renommée de Beatrix Ruf, c’est sa vision artistique. Elle est décrite par certains comme dotée d’un goût certain. Elle a introduit de nombreux nouveaux artistes sur le marché européen, affectant évidemment leur prix et leur cote.  Pour cette raison, le conflit d’intérêt était envisagé. Par sa position d’influence, il lui était tout à fait possible d’impacter les prix positivement ou négativement d’œuvres possédées par les clients de son entreprise personnelle. C’est également pour cette même raison, qu’un ensemble d’artistes, conservateurs et critiques se sont rassemblés dernièrement pour demander son retour.

Une solidarité artistique

Une pétition a été lancée et signée par plus de 300 personnes qui connaissaient de près ou de loin Beatrix Ruf. Elle aurait été initiée par le propriétaire d’une galerie d’Amsterdam Rob Malasch. La publicité à son sujet aurait été financée par un investisseur anonyme. La popularité de la conservatrice lui a permis de bénéficier du soutien de nombreux artistes dont l’architecte Rem Koolhas, qui a notamment réalisé le bâtiment Lille Grand Palais, l’artiste Haim Stenbach, David Zwirner célèbre marchand d’art entre autres.

Même si cette pétition ne peut avoir un pouvoir supérieur à celui des autorités, elle témoigne toutefois de l’implication de chacun des acteurs de cette industrie. Le questionnement dépasse cette simple affaire et nous oriente vers une compréhension plus large du marché de l’art et des personnes le composant. En effet, la plupart des acteurs de ce milieu sont des investisseurs et des passionnés.

Il est alors plus courant d’être impliqué dans de nombreuses activités. D’autant plus que la renommée et les qualifications entraînent une valorisation de l’avis et du poids de ceux-ci.  Lorsque cela arrive, plusieurs milieux peuvent s’entrechoquer, comme ici le conseil privé et la direction du musée. La question se pose alors de savoir jusqu’où il est possible de s’impliquer tout en étant intègre.

Actuellement, l’enquête se poursuit pour attester de l’authenticité des informations communiquées par Beatrix Ruf.

 

Publié le samedi 24 février 2018 à 15:00, modifications samedi 24 février 2018 à 10:57

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !