Découverte

Archéologie : Les célèbres « amants de Pompéi » étaient des hommes

Massimo Osanna, directeur des fouilles à Pompéi a révélé que les deux victimes enlacées dans les ruines de Pompéi, après l’éruption du Vésuve en l’an 79, étaient deux jeunes hommes de familles différentes.

Les « amants de Pompéi » sont enlacés depuis l’an 79.

Cette année-là, une éruption du Vésuve anéantissait la cité romaine de Pompéi, en Italie. Parmi les innombrables victimes, deux corps ont été retrouvés, entrelacées dans ce qui semble être un adieu éternel.

Découverts en 1914, ceux qui ont rapidement été surnommés les « amants de Pompéi » ont contribué à faire le mythe de cette catastrophe deux fois millénaire.

Or, des recherches ADN effectuées récemment sur les corps risquent bien de chambouler l’imaginaire collectif, qui estimait qu’il s’agissait d’un homme et d’une femme.

En effet, à l’occasion d’une exposition, Massimo Osanna, le directeur des fouilles de Pompéi, a révélé que les « amants de Pompéi » étaient des hommes.

Ainsi, comme le rapporte l’agence Ansa jeudi 6 avril et relayé par Le Parisien, l’archéologue a étayé ses propos à partir des résultats d’analyses génétiques. Celles-ci ont été réalisées à partir des restes organiques emprisonnés dans le moulage.

Au regard de ces informations et de la position enlacée des deux personnes, les archéologues n’excluent pas qu’il s’agisse d’un couple homosexuel.

On ne peut pas affirmer que les deux personnages étaient amants. Mais compte tenu de leur position, on peut le supposer. Cependant, il est difficile de déterminer avec certitude.

A expliqué Massimo Osanna.

Deux hommes de 18 et 20 ans

De plus, il a précisé que les deux « amants » étaient âgés selon les estimations de 18 et 20 ans. Et leurs corps qui ont été conservés dans un moulage, n’appartenaient pas à la même famille, selon les analyses génétiques.

Lorsque le moulage des « amants de Pompéi » a été découvert en 1914, il a tout de suite été attribué à un couple hétérosexuel. Bien que l’archéologue Vittorio Spinazzola, à l’origine de la trouvaille, avait affirmé qu’il puisse s’agir de deux femmes, voire d’une mère et de sa fille.

Bref, une découverte qui bat en brèche la version de Mussolini, qui évoquait un couple hétérosexuel.

En effet, dans l’Italie homophobe et viriliste de l’époque, les deux individus, du fait de leur position, ont immédiatement été assimilés à un homme et une femme.

Or, pendant des décennies, les deux moulages ont été très peu exposés au public. Ils n’ont fait l’objet d’aucune étude scientifique susceptible de confirmer l’hypothèse de Vittorio Spinazzola.

Comme l’explique Massimo Osanna:

Dans l’esprit des gens, il s’agissait davantage de dépouilles humaines que de vestiges archéologiques.

Ainsi, seules des techniques médicales de pointe ont pu faire parler les corps pétrifiés.

Un scanner a été conçu spécialement pour cette tâche. Et couplé aux apports de la médecine légale, les scientifiques ont  pu déterminer l’âge, le sexe des victimes. Mais également, leurs maladies ou même leur classe sociale.

Article publié le dimanche 9 avril 2017 à 17:00, modifications mardi 11 avril 2017 à 11:02

Participer

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Discuttez !

Poster un Commentaire
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Minutenews.fr Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.

Soyez le premier à commenter !

Me notifier
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
wpDiscuz

Vidéo relative

Vers le top