Actualité

Voiture aux bonbonnes de gaz : 3 femmes « fanatisées » arrêtées dans l’Essonne

La conductrice de la voiture abandonnée près de Notre-Dame-de-Paris a été arrêtée dans l’Essonne avec deux complices. « Elles préparaient vraisemblablement de nouvelles actions violentes » selon le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. 

Il semble que de nouveaux attentats aient été évités. En effet, trois femmes ont été interpellées dans la soirée de jeudi 8 septembre à Boussy-Saint-Antoine dans l’Essonne. Ces arrestations sont intervenues dans le cadre de l’enquête antiterroriste sur la Peugeot 607 retrouvée dimanche dernier, abandonnée et remplie de bonbonnes de gaz, près de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui les surveillait depuis le début de l’après-midi, est intervenue en début de soirée, aux alentours de 19 heures près de la gare de Boussy-Saint-Antoine dans l’Essonne.

Le Parisien et BFMTV ont rapporté que l’une des trois femmes a opposé de la résistance et a fait usage d’un couteau. Les policiers de la DGSI ont alors riposté et l’une d’entre elles a été touchée à la tête. Elle se trouve dans un état grave à l’hôpital.

C’est au moment où les forces de l’ordre se sont introduites dans le logement que l’une des trois femmes s’est jetée sur un policier, armée d’un couteau. Le policier touché a été blessé à l’épaule. Hospitalisé, ses jours ne sont pas en danger.

Les trois jeunes femmes sont âgées respectivement de 39 ans, 23 ans et 19 ans. Radicalisées et fanatisées, « elles préparaient vraisemblablement de nouvelles actions violentes, et de surcroît imminentes », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, lors d’une déclaration à la presse place Beauvau.

Le propriétaire de la voiture avait été rapidement retrouvé. Domicilié en Seine-Saint-Denis, il avait déclaré aux enquêteurs que sa fille, âgée de 19 ans, et faisant l’objet d’une fiche “S”, avait disparu, probablement avec le véhicule retrouvé au cœur de Paris.

Le propriétaire de la voiture, connu pour des faits anciens de prosélytisme islamiste, a été relâché mardi soir à l’issue de sa garde à vue, mais les policiers restaient à la recherche de deux de ses filles.

Jusque-là, 4 personnes (deux frères et leurs compagnes) avaient déjà été placées en garde à vue dans le cadre de cette enquête. Mercredi 7 septembre, un couple de 26 ans avait également été interpellé à son domicile, près de Montrais (dans le Loiret). La veille, un couple avec un homme de 34 ans et une femme de 26 ans, connu des services de renseignements pour leur appartenance à la mouvance islamiste radicale, avait été également interpellé sur une aire d’autoroute dans le Sud de la France.

Selon l’Express, qui confirme partiellement une information de TF1, l’une des gardées à vue possède des connexions avec Hayat Boumeddiene, la compagne du terroriste de l’Hyper Cacher Amedy Coulibaly. La djihadiste, visée par un mandat d’arrêt international, a fui la France peu avant les attentats de janvier 2015 et vivrait aujourd’hui sur les territoires syriens contrôlés par l’organisation Etat islamique (EI).

Publié le vendredi 9 septembre 2016 à 10:51, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !