Société

La terrible réalité de la chasse à courre filmée

Derrière ces jolis cavaliers et ces chasseurs en redingote de la chasse à courre se cache une tradition particulièrement cruelle. Et c’est justement ce que dénoncent certains témoins de scènes de chasse.

La chasse à courre est une tradition qui n’a pas évolué depuis le XIXème siècle. Et malheureusement, les conditions sont souvent terribles pour les animaux. À tel point que certains promeneurs témoins de cette tradition en Picardie, sont sortis du silence pour raconter les scènes d’horreur.

Parti de Compiègne à 9h40 pour une promenade en forêt, je pédale en direction de La-Croix-Saint-Ouen, et c’est au carrefour Vivier Corax que je tombe sur cet attroupement. Je décide de rester un peu pour observer, par curiosité.

Un témoignage terrible

Ce promeneur décide alors de sortir son téléphone pour filmer la scène… et le rendu est particulièrement triste pour ceux qui aiment les animaux. Car on parle véritablement de maltraitance animale.

La chasse à courre consiste à traquer un animal sauvage avec une meute de chiens. La poursuite continue jusqu’à la prise finale de l’animal sauvage.

Il semble que l’équipage soit d’abord parti sur les traces d’un cerf 10 bois, mais que celui-ci était accompagné d’un daguet, d’une biche et d’un faon. La traque commençant, il a réussi à s’enfuir (étant le plus rapide du petit groupe), et les veneurs ont poursuivi le reste de la famille pendant plusieurs heures, avant de se focaliser sur le jeune daguet (un cerf adolescent).

Une fin tragique pour l’animal

Finalement, les chasseurs ont réussi, non sans mal, à cerner le jeune animal :

Quand j’ai rejoint les autres, j’ai trouvé le daguet allongé par terre, tremblant, entouré de ses bourreaux. La meute lui arrachait des lambeaux de chair à vif, et, dans ses yeux écarquillés, on pouvait lire la terreur ainsi que la douleur insoutenable qu’il devait ressentir. Un des valets décide d’étouffer ses derniers gémissements, en écrasant sa gueule de sa botte.

Les images sont difficiles à regarder. Les chasseurs ont été mis en cause, et notamment Alain Drach, maître de l’équipage “La Futaie des Amis”. Ce dernier est rapidement sorti du silence pour rebondir sur cette affaire qu’il estime totalement ridicule :

C’est du grand n’importe quoi. Lors de la curée, l’animal était mort. Je l’ai achevé avec un coup de dague en plein cœur […] Je conçois qu’on n’aime pas, mais cela fait partie de la chasse. Ces chiens sont des amours, mais ils ont des gènes de loups. Ce sont des prédateurs.

Une dénonciation importante

Mais les militants anti-vénerie n’ont pas l’intention d’en rester là, bien au contraire. Un rassemblement contre la chasse à courre est organisé dans l’Oise le 28 octobre. Et la vidéo est relayée, sur tous les réseaux sociaux.

Publié le vendredi 6 octobre 2017 à 14:44, modifications vendredi 6 octobre 2017 à 11:53

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !