Société

Suite à la vidéo de son agression, Marie Laguerre s’engage et propose des outils pour lutter contre le sexisme

suite-a-la-video-de-son-agression-marie-laguerre-sengage-et-propose-des-outils-pour-lutter-contre-le-sexisme

Avec “Nous Toutes Harcèlement”, Marie Laguerre, dont l’agression filmée à Paris en juillet a fait réagir, a décidé de lutter activement contre le sexisme. Elle propose un site pour encourager les victimes à témoigner et une pétition pour “changer les mentalités”.

Agressée à Paris le 24 juillet dernier alors qu’elle rentrait chez elle dans le 19e arrondissement, Marie Laguerre a diffusé la vidéo du coup au visage que lui a porté l’homme qui n’a pas supporté la réaction négative de la jeune femme, après que ce dernier l’ait grossièrement interpellée. La séquence, filmée par une caméra de vidéosurveillance d’un café, a été relayée par la presse qui n’a pas manqué d’interroger l’ingénieure de 22 ans.

Témoignage du harcèlement que subissent de nombreuses femmes dans l’espace public, l’agression de Marie soulève de nombreuses questions, notamment celle de l’impunité des responsables et de l’indifférence que leurs remarques et gestes suscitaient jusqu’à lors. Loin d’être une victime silencieuse, elle a choisi de faire bon usage de sa médiatisation pour dénoncer les violences faites aux femmes et le harcèlement sexuel.

J’ai reçu énormément de messages de soutien, de femmes qui ont vécu des histoires similaires. […] Je me suis senti une responsabilité, tant qu’on me donnait cette voix, tant qu’on me donnait la possibilité de parler, au nom de toutes les femmes qui subissent le sexisme au quotidien.

Explique Marie Laguerre dans une vidéo qu’elle a publié pour annoncer son projet.

Un site et une page Facebook pour témoigner anonymement

Elle a décidé de mettre en place une plateforme nommée Nous Toutes Harcèlement, visant à recueillir des témoignages et interpeller la population et le gouvernement. Marie souhaite désormais s’investir « apporter (sa) pierre à l’édifice » et aider les femmes dans leur quotidien. Avec l’aide d’amies et de connaissances féministes, l’étudiante a conçu un site web qui permet de déposer un témoignage anonyme, recueillant le lieu des faits, leur nature et la date de ceux-ci. L’outil sera assorti d’une page Facebook du même nom, qui relayera également les témoignages du site.

Le but étant d’offrir aux femmes un nouvel espace d’expression contre « Le harcèlement dans la rue, les agressions et violences, ces mots et blagues sexistes qui sont là pour nous humilier […] », explique la jeune femme engagée.

Une pétition qui propose trois grandes mesures pour lutter contre le sexisme

Les créatrices du site mettent également en place une pétition à destination de Marlène Schiappa. Elle présentera trois demandes majeures à la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, dont la prévention du sexisme à l’école, des campagnes de prévention et de sensibilisation contre le sexisme dans l’espace public et l’inclusion d’un programme de prévention contre le sexisme et le harcèlement sexuel dans la formation du personnel judiciaire, des autorités, des professeurs et autres acteurs majeurs de la société. Et ce afin que les plaintes pour « violences sexistes » ne soient plus ignorées. Selon les informations avancées par Marie Laguerre, 60% de plaintes déposées pour ce motif sont encore refusées à ce jour.

C’est important aujourd’hui que nous ayons tous une tolérance 0 contre le sexisme, afin d’aller vers une société plus juste pour tout le monde.

Conclut la jeune femme.

Publié le jeudi 9 août 2018 à 9:01, modifications mercredi 8 août 2018 à 17:51

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !