Société

Vous pensiez que le sexto restait à l’intérieur du couple ? Raté…

Selon les statistiques, il serait montré en moyenne à trois personnes.

Le sexto est en général un concept que l’on pense à deux, à l’intérieur du couple. Mais, surprise, une étude américaine révèle qu’ils ont une fâcheuse tendance à ne pas rester secrets. Reste à savoir lequel des deux est celui qui partage…

Au moins trois personnes

Le sexto fait désormais partie des meubles ou presque. En France, comme ailleurs, il est entré dans les moeurs et de nombreux couples en jouent. Alors que dans l’Hexagone, le terme est devenu un terme juridique officiel en 2013, sa pratique a explosé avec les années. Le site de rencontres match.com vient de publier une étude relayée dans la revue médicale Sexual Health sur le sexto. Une véritable petite mine d’informations sur les usages actuels. Attention toutefois, elle a été réalisé auprès de 5 805 célibataires, âgés de 21 à 75 ans.

Tout d’abord, sans surprise, les hommes sont encore à l’heure actuelle les plus nombreux à pratiquer le sexto. Mais, les choses s’équilibrent. Parmi les données importantes, on apprend que 21% des sondés déclarent envoyer ces messages coquins et 16%, des photos coquines. Côté réception, les chiffres sont légèrement plus élevés puisqu’il s’agit de 28 et  23%. Mais, c’est le dernier chiffre qui est le plus surprenant. Pour 23% des personnes interrogées, un sexto se partage. Et pas une seule fois mais avec tris personnes en moyenne. Reste à savoir les raisons. S’agit-il de comparer ? De rendre jaloux ? Difficile de savoir et on aurait tendance à penser que cela dépend aussi du sexe des personnes interrogées.

Les craintes sur le sexto restent vives chez les femmes. Elles ont tendance à craindre davantage pour leur carrière et leur réputation “Le risque ne réside pas tant dans le fait d’envoyer des messages et des images que dans la divulgation non consentie de ceux-ci. Le sexting devient de plus en plus commun et nous sommes les témoins d’une difficulté toute contemporaine : celle de la conciliation de l’érotisme virtuel et de ses conséquences dans le monde réel” souligne Justin Garcia, chercheur et auteur de l’étude, cité par nos confrères du Science Daily. Enfin, n’oubliez pas, le sexto nécessite le consentement du partenaire. Un homme en suisse en a fait les frais il y a quelques jours. Il a été condamné à une amende de 700 € pour avoir envoyé ses organes génitaux par texto à une inconnue.

Publié le dimanche 4 mars 2018 à 15:48, modifications dimanche 4 mars 2018 à 15:21

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !