Société

Pédophilie dans l’église française : une victime soutient le prêtre qui demande la démission du cardinal Barbarin

Sur change.org, Pierre Vignon, prêtre à Valence, a lancé une pétition pour pousser le cardinal Barbarin à démissionner. On lui reproche d’avoir étouffé les affaires d’agressions sexuelles. Aujourd’hui, la victime d’un prêtre pédophile protégé par le cardinal rejoint la demande de Pierre Vignon.

Pierre Vignon ne comprend pas la culture qui, au sein de l’Église, consiste à couvrir les cas de pédophilie. Ce prêtre valentinois s’insurge donc, au risque de défier sa hiérarchie. Ainsi, hier, il a mis en ligne une pétition pour inciter l’archevêque de Lyon à la démission.

En effet, le cardinal Barbarin est sous le coup de poursuites pour non-dénonciation d’agressions à caractère sexuel. Alors que la lettre ouverte de Pierre Vignon compte maintenant plus de 6500 signatures, un soutien de poids lui arrive. Pierre-Emmanuel Germain-Thill est l’une victime du père Preynat. 

Désormais membre de l’association La Parole libérée, il souscrit à la démarche du prêtre. Cette structure a pour mission d’assister, d’aider et de recueillir les voix des personnes abusées par le père Preynat.

Les mots de Pierre-Emmanuel Germain-Thill

De fait, La Parole liberée a relayé l’appel à la démission du cardinal Barbarin. Pierre-Emmanuel Germain-Thill se dit satisfait du courage du prêtre du diocèse de Valence.

Je me suis toujours douté qu’il y avait des gens au sein de l’Église qui devaient en avoir marre, comme nous, que les choses traînent en longueur. Que cette personne parle et appelle à la démission, je trouve ça très bien.

Dit-il au micro de BFMTV.

Pierre Vignon veut des actes concrets

Toutefois, à l’heure où dans plusieurs pays des affaires de pédophilie frappent de plein fouet les institutions catholiques, Germain-Thill veut aller plus loin. Il espère initier une démission du pape. Pierre Vignon, de son côté, ne décolère pas, malgré la lettre ouverte de François Ier.

Publiée hier sous forme de mea culpa, les mots du souverain pontife prennent enfin l’ampleur du problème. Mais pour le prêtre de la commune du département de la Drôme, il faut des actes concrets.

J’ai un sentiment de nausée depuis des années avec toutes ces histoires. C’est pas bientôt fini? Qu’est-ce qu’ils font? Qu’est-ce qui se passe? Il y a bien sûr les faits criminels, mais il y aussi la culture de la couverture.

Admet-il.

Bernard Preynat est toujours prêtre, rien n’a été fait. Le procès canonique qui devait le juger a foiré de façon incroyable et incompréhensible. Le Saint-Père a des pouvoirs dans l’Église pour un prêtre qui commet des actes gravissimes pour le renvoyer de l’état clérical, c’est le cas.

Martèle-t-il, dépité.

 

Publié le mercredi 22 août 2018 à 17:26, modifications mercredi 22 août 2018 à 11:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !