Société

#Metoo : Catherine Deneuve à contre-courant

Des voix de femmes célèbres s’élèvent contre le mouvement #Metoo, qu’elles considèrent servir un puritanisme agressif qui dissimulerait une “haine des hommes et de la sexualité”.

La tribune signée par un collectif de 100 femmes, publiée hier par Le Monde, fait parler d’elle. Et pour cause, y est dénoncé un féminisme qui serait une « haine des hommes », et ce suite au scandale Weinstein et la libération de parole qui a suivi. Parmi les nombreux soutiens, on trouve notamment Catherine Deneuve qui réaffirme sa méfiance à l’égard du phénomène #Balancetonporc.

“Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle”

En substance, les signataires de la tribune jugent que la nécessaire et saine libération de la parole féminine a dérivé sur un discours accusateur, une pensée unique et impérative. Des femmes qui ne se reconnaissent pas dans un féminisme qui conduirait selon elles à renverser la terreur qu’il voudrait paradoxalement dénoncer. Ainsi, cette libération de la parole servirait les ennemis de la liberté sexuelle, extrémistes religieux et réactionnaires confondus, le but étant de réduire la femme à la “faiblesse” de son être.

#Metoo a entraîné dans la presse et sur les réseaux sociaux une campagne de délations et de mises en accusation publiques d’individus qui, sans qu’on leur laisse la possibilité ni de répondre ni de se défendre, ont été mis exactement sur le même plan que des agresseurs sexuels.

Catherine Deneuve, icône d’un monde ancien ?

Parmi les soutiens de cette tribune, on compte des personnalités telles que Catherine Millet, Ingrid Caven, et donc Catherine Deneuve. La grande dame du cinéma français réaffirme ainsi sa position contre ce qu’elle perçoit comme un système de délation dangereux. A propos des mises en accusation publiques sur les réseaux, elle avait déclaré fin octobre sur le plateau du Quotidien :

Je ne trouve pas que ce soit le moyen le plus juste pour faire bouger les choses. Après ce sera quoi? Balance ta pute? Je trouve que ce sont des termes qui sont très excessifs.

La position de Catherine Deneuve n’est pas particulièrement bien perçue. Sur les réseaux, elle est en effet jugée “dépassée”, “pas confrontée à la même réalité”. Déjà comparée à Meryl Streep, autre légende du cinéma très engagée dans la cause féministe, elle s’est aussi attirée les foudres de Ségolène Royal.

Décevant et troublant, d’autant plus venant de l’icône féminine signataire du Manifeste des 343 salopes en 1971. Une époque qui semble bien lointaine, quand en 1974 elle déclarait au journal Le Soir être “bien entendu” féministe…

Publié le mercredi 10 janvier 2018 à 17:38, modifications mercredi 10 janvier 2018 à 16:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct