Société

Edwy « Plenel condamne à mort une deuxième fois Charlie Hebdo » ?

Riss publie un éditorial cinglant dans le nouveau numéro de Charlie Hebdo publié le mercredi 15 novembre

Le dessinateur Riss a publié un éditorial qui est au cœur d’une vive polémique. Ce texte est à découvrir en intégralité dans la nouvelle édition de l’hebdomadaire Charlie Hebdo, datée du mercredi 15 novembre. Riss a répondu à Edwy Plenel dans le cadre de la polémique liée aux précédentes couvertures sur Tariq Ramadan et Mediapart.

Le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, Riss, a vivement dénoncé dans un éditorial, publié ce mercredi, les récentes déclarations d’Edwy Plenel. Cette sortie remarquée fait suite à la polémique sur les unes du journal satirique sur Mediapart et Tariq Ramadan. Riss est l’un des rares survivants de l’attaque terroriste de janvier 2015. Il avait été sérieusement blessé, notamment au bras, lors de l’attentat perpétré par les frères Kouachi. Le commando s’était attaqué aux locaux du journal, dans le onzième arrondissement de Paris.

Le torchon brûle entre Edwy Plenel et Riss

Le directeur de la publication de Mediapart, Edwy Plenel, semblait donc avoir perdu son sens de l’humour en découvrant la une de Charlie Hebdo le caricaturant la semaine dernière. Cette couverture, à fond rouge, évoquait le manque d’éléments probants découverts par Mediapart dans le cadre des affaires de harcèlement sexuel présumé concernant l’islamologue Tariq Ramadan. La rédaction de Mediapart avait en effet réalisé une enquête en 2016 sur cette personnalité influente. Les investigations ne s’attardaient pas sur la vie privée de Tariq Ramadan mais plutôt sur sa pensée, ses méthodes et son influence.

Les propos sans filtre de Riss dans l’édition du 15 novembre de Charlie Hebdo

L’éditorial de Charlie Hebdo a donc fait couler beaucoup d’encre en ce mercredi 15 novembre. Riss a tenu à réagir face à des propos récents d’Edwy Plenel, lors d’un entretien sur les ondes de Franceinfo.

Cette phrase, « la une de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans », nous ne la pardonnerons jamais. En la prononçant, Plenel condamne à mort une deuxième fois Charlie Hebdo. Cette phrase n’est plus une opinion, c’est un appel au meurtre. […] Charlie Hebdo n’a nulle envie de faire la guerre à quiconque. […] Dans le logiciel de Plenel, critique et satire sont métamorphosées en actes de guerre. […] Si demain on nous liquide tous, si demain nous ne sommes plus là, espérons qu’il subsistera quelques courageux qui demanderont justice contre ceux qui nous auront frappés, mais aussi contre les esprits qui les auront armés.

Selon Riss, les déclarations d’Edwy Plenel, au lendemain des unes sur Tariq Ramadan et Mediapart, « qui désigne(nt) Charlie Hebdo comme un agresseur supposé des musulmans, adoube(nt) ceux qui demain voudront finir le travail des frères Kouachi ». Le 7 janvier 2015, cinq dessinateurs (Charb, Wolinski, Cabu, Honoré, Tignous), trois collaborateurs, un invité du journal, un agent d’entretien et deux policiers ont été abattus suite à la publication de caricatures du Prophète Mahomet. De nouvelles menaces de mort ont été envoyées à la rédaction de Charlie Hebdo depuis la publication de la une sur Tariq Ramadan.

Mediapart fait profil bas

Edwy Plenel n’a pas souhaité envenimer les choses selon des précisions de Franceinfo. Le directeur de la publication de Mediapart a refusé de réagir à cet éditorial de Riss de manière officielle. Il aurait simplement fait une courte déclaration.

Nous n’attaquons personne. Nous avons des choses plus importantes à faire que d’entretenir cette folie.

Après la une accusatrice de Charlie Hebdo publiée la semaine dernière sur le silence de Mediapart sur l’affaire Tariq Ramdan, plus de 130 personnalités ont signé une tribune en soutien à Mediapart. Les signataires ont ainsi dénoncé une campagne « inique » et « dangereuse » contre le site d’Edwy Plenel et ses journalistes.

Tout doit avoir le droit de se dire, de s’écrire et de se représenter, et cela doit être dit et répété, particulièrement pour Charlie Hebdo. Nous avons aussi le droit d’écrire que la une de Charlie […] est diffamatoire, et haineuse.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux journalistes ont tenté d’éteindre la polémique entre les deux rédactions de Charlie Hebdo et de Mediapart. Certains confrères ont en effet tenu à citer et à restituer l’intégralité de la phrase polémique utilisée par Edwy Plenel.

La une de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne plus générale que l’actuelle direction de Charlie Hebdo épouse. Manuel Valls et d’autres, parmi lesquels ceux qui suivent Manuel Valls, une gauche égarée, une gauche qui ne sait plus où elle est, alliée à une droite voire une extrême-droite identitaire, trouvent n’importe quel prétexte, n’importe quelle calomnie pour en revenir à leur obsession : la guerre aux musulmans, la diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans.

Manuel Valls soutient la rédaction de Charlie Hebdo face à la menace du terrorisme

L’ancien Premier ministre, Manuel Valls, a salué, via Twitter, le courage de Riss dans son éditorial.

Merci Riss. Votre édito dans Charlie Hebdo est magnifique. Grave et juste, il est une réponse aux propos impardonnables d’Edwy Plenel.

Manuel Valls a également dénoncé la phrase du directeur de la publication de Mediapart, sur la une de Charlie Hebdo, lors d’un entretien avec Jean-Jacques Bourdin sur RMC. Le député de l’Essonne a pris position et a tenu à défendre Charlie Hebdo et Riss.

C’est un appel au meurtre, ce n’est pas une petite polémique. Quand on reprend la phrase exacte d’Edwy Plenel, où il me cite par ailleurs, où il nous assimile à l’extrême droite, c’est très grave. C’est très grave. C’est un appel au meurtre. Et on ne joue pas avec ça. Ce sont des gens dangereux qui prononcent ces phrases, qui les écrivent car il y en a qui les entendent.

Manuel Valls souhaite mener « cette guerre d’idées [pour] les musulmans de France parce que c’est nous qui les protégeons, c’est pas M.Plenel et ses sbires ».

La polémique entre Mediapart (Edwy Plenel) et Charlie Hebdo (Riss) vient quelque peu ternir les commémorations des attentats du 13 novembre 2015, menés la même année que l’attaque terroriste contre l’hebdomadaire satirique, en janvier. L’édition du 15 novembre de Charlie Hebdo est donc à retrouver dans tous les kiosques et les librairies cette semaine. La rédaction de Mediapart a récemment réalisé une grande émission sur l’enquête consacrée à Tariq Ramadan en 2016. Les méthodes d’investigation de Mediapart dans le cadre des affaires sur les violences faites aux femmes et sur les délits sexuels sont également évoquées. La polémique ne semble malheureusement pas prête de s’arrêter entre Charlie Hebdo et Mediapart.

Publié le jeudi 16 novembre 2017 à 9:53, modifications lundi 26 février 2018 à 16:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !