Société

Un cours spécial d’exorcisme mis en place par le Vatican

Face à une recrudescence des cas de possession en Italie, le Vatican a lancé un cours spécifique d’exorcisme.

Quand vous entendez parler d’exorcisme, vous avez sans doute surtout des scènes de films qui vous viennent à l’esprit. L’Exorciste, Conjuring ou encore Requiem, sont autant d’œuvres qui ont fait honneur à cette pratique. Mais, vous ignorez peut-être que le Vatican traite aussi ce sujet de façon très sérieuse et aurait même tendance à s’inquiéter du nombre de possessions en augmentation ces dernières années.

500.000 cas en Italie chaque année

C’est le prêtre sicilien et exorciste entraîné Benigno Palilla qui a vendu la mèche dans une interview à Radio Vatican. Les services papaux sont confrontés à une recrudescence des cas de possessions. En Italie, ce sont environ 500.000 interventions d’exorcistes qui seraient nécessaires chaque année.

A l’origine du problème, on trouverait selon lui, une augmentation du nombre de personnes demandant la lecture du tarot ou des diseurs de bonne aventure. Des pratiques qui “ouvrent la porte au diable et à la possession”. Cela concernerait jusqu’à 13 millions d’Italiens de façon régulière. Il relativise tout de même en expliquant qu’au final, beaucoup de cas décrits comme étant de la  possession seraient liés à des problèmes spirituels ou psychologiques.

Un cours approuvé par la conférence des évêques

Palilla explique qu’il va désormais proposer des cours intensifs aux prêtres en Sicile. Il a déjà eu l’accord de la conférence des évêques. Des experts sur le satanisme et les sectes devraient aussi intervenir de façon plus large. Il n’est toutefois pas sûr que cela suffise. En effet, les plus jeunes prêtres auraient peu d’intérêt pour la pratique. Pourtant, elle est reconnue depuis 2014 dans la loi canonique. Le Vatican avait alors reconnu l’association internationale des exorcistes fondée en 1991 en Italie. Elle compte aujourd’hui 400 membres, dont 240 vivant dans la péninsule italienne. En France, la pratique est contrôle par le Bureau National des Exorcistes.

La pratique reste toutefois particulièrement controversée. Selon le droit Canonique, une autorisation spéciale est requise. ‘

tenter de faire un exorcisme sans les autorisations requises équivaut à se placer dans un état très fragile, dans lequel les démons peuvent s’emparer d’une âme

prévenait le père Modesto Lule, de l’Institut des Serviteurs de la Parole, a interrogé par l’agence ACI Digital en 2016.

Publié le lundi 26 février 2018 à 15:16, modifications lundi 26 février 2018 à 18:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !