Société

Blue Whale Challenge : inquiétude autour du jeu « suicidaire » qui débarque en France

Une sorte de « cap ou pas cap » de plus en plus extrême

Après avoir fait des ravages en Russie, le Blue Whale Challenge débarque en France. Ce défi lancé sur les réseaux sociaux pousse des adolescents à relever des challenges pouvant aller jusqu’au suicide.

Cinquante défis, et à la fin, le suicide. Voici comment résumer le Blue Whale Challenge. Depuis deux ans, ce « jeu » morbide sévit sur VKtontckte, l’équivalent du Facebook russe.

Malheureusement, il commence à se répandre sur les réseaux sociaux en France. Ainsi, les adolescents entre 12 et 15 ans sont appelés à réaliser 50 défis durant 50 jours.

Les premiers challenges, très anodins, consistent à « écrire F57 sur sa main », à « dessiner une baleine sur une feuille » ou à « se réveiller à 4h20 du matin pour regarder des vidéos effrayantes ».

Cependant, les choses dégénèrent très rapidement. En effet, les participants doivent se scarifier en dessinant une baleine, se couper les lèvres, monter sur un toit ou s’asseoir au bord d’un pont.

Par la suite, d’autres défis sont communiqués à l’unique condition que l’internaute rejoigne un groupe secret où un « parrain » lui intime alors l’ordre de passer à l’acte, en le menaçant s’il fait marche arrière. Le dernier jour étant de se donner la mort.

C’est d’ailleurs de là que vient le nom de #BlueWhaleChallenge, puisqu’une légende veut que les baleines bleues s’échouent volontairement sur les plages pour mourir.

La police, l’Education nationale et les parents en alerte

Dans les collèges et lycées, les équipes pédagogiques sont particulièrement en alerte.

Vendredi 24 mars, le ministère de l’Éducation nationale a adressé un message à tous les recteurs de France pour appeler à la vigilance.

Sur Facebook, des groupes anti Blue Whale Challenge émergent, créés par des parents voire même des adolescents.

L’objectif étant d’alerter et de signaler les comptes faisant mention du défi de la baleine bleue. Pour que chacun garde un œil vigilant sur des adolescents qui basculeraient dans ce processus mortifère.

Pour Justine Atlan, la directrice de l’association e-Enfance, venue témoigner au micro de France Info dimanche 26 mars :

Il y a les parents, mais il y a aussi les amis des adolescents qui sont inquiets, et se demandent comment les faire sortir de là. Cela fait un mois que nous avons été saisis de manière soudaine par ce phénomène. Nous avons eu plus d’une centaine d’alertes.

Il faut pourtant nuancer ce phénomène, car il s’agit d’une frange assez marginale de la jeune population. En fait, il semble que les adolescents qui participent sont malheureusement déjà très fragiles. Le fait qu’un jeune rentre dans l’engrenage est un indicateur qu’il va mal.

Le Blue Whale Challenge est donc davantage un indicateur du malaise d’adolescents que révélateur d’un vrai phénomène d’ampleur. Un jeu à prendre pourtant très au sérieux puisqu’en Russie il a déjà fait 130 victimes.

 

Publié le lundi 27 mars 2017 à 16:09, modifications lundi 27 mars 2017 à 16:14

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !