Société

Avant 5 ans, les enfants ne simulent pas leurs émotions

Contrairement à ce que bon nombre de parents pensent, les enfants ne simulent pas toutes leurs émotions. D’ailleurs, les petits enfants en sont tout bonnement incapables.

Parfois, quand un enfant réagit intensément à quelque chose, nous, les adultes, croyons qu’il ou elle fait semblant. Nous pensons que c’est juste un caprice et que l’enfant tente juste de nous manipuler. En effet, nous croyons que les enfants ont le pouvoir de nous faire céder ou nous faire craquer en exagérant leurs réactions. Pourtant, la psychologue Héloïse Junier déclare qu’il n’en est rien.

Une crise infantile est toujours naturelle

Cette psychologue est l’auteur du livre Guide pratique pour les pros de la petite enfance. D’ailleurs, elle a consacré un passage sur cette question dans ledit livre. Papa Positive a remarqué cet extrait. En somme, il explique que jusqu’à 5 ans, les enfants ne peuvent pas simuler leurs émotions. La raison en est que leur cerveau est encore trop immature. En d’autres termes, ils ne peuvent tout simplement pas encore nous berner. De ce fait, s’ils piquent une crise, ce n’est ni pour nous manipuler ni de leur propre volonté.

Quatre points prouvent que les enfants de moins de 5 ans expriment naturellement leurs émotions

Pour appuyer ses propos, la psychologue se base sur quatre faits :

Le premier est qu’avant 4-5 ans, l’enfant n’est pas capable intellectuellement d’attribuer des états mentaux à autrui. Par conséquent, « il n’est pas mesure de déduire ou prédire ce que vous ferez dans telle ou telle situation.»

Le deuxième point est que

 l’enfant, ancré dans le moment présent, n’est pas en capacité d’anticiper, ni d’élaborer une stratégie, comme le ferait un adulte. Son cerveau préfrontal, siège du raisonnement, de l’anticipation, de la réflexion, n’est pas assez mature pour manifester de telles compétences intellectuelles.

En troisième lieu, le jeune enfant « ne peut pas faire semblant d’avoir une émotion forte ». Le cerveau supérieur de l’enfant de moins de 3-4 ans, le néocortex,

 n’est pas suffisamment bien connecté avec son cerveau émotionnel pour parvenir à contrôler naturellement ces pulsions primitives de peur ou de colère.

Enfin, le petit enfant

 est naturellement bon, bienveillant et empathique. Cette compétence fut sélectionnée par l’évolution pour lui permettre de s’assurer la proximité et la bientraitance des adultes dont il dépend pour survivre.

 

 

 

Publié le mardi 6 novembre 2018 à 9:34, modifications lundi 5 novembre 2018 à 14:34

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !