Santé

Crèmes dépigmentantes : alerte santé à Paris !

Environ 20% des femmes d’origine africaine à Paris utiliseraient des crèmes dépigmentantes contenant de l’hydroquinone, un produit dangereux pour la santé.

Nommés “Xessal” par les Sénagalaises ou “tcha-tcho” par les maliennes, les crèmes dépigmentantes ont la cote à Paris selon les chiffres de la municipalité. Environ 20% des femmes d’origines africaines en utiliseraient pour se voir “plus blanches”. Mais, la composition des produits pose problème.

L’hydroquinone et le vieillissement prématuré

C’est une information de nos confrères du Point qui fait froid dans le dos. De trop nombreuses femmes de la région parisienne utiliseraient des crèmes à base d’hydroquinone. Ce produit, interdit en vente libre en France a de sérieuses conséquences : vieillissement prématuré et complications irréversibles. Sa fonction de base est de bloquer la production de mélanine. Mais, cela fait aussi perdre à la peau sa protection contre les UV du soleil et augmente sensiblement le risque de cancer. Certaines patientes ont aussi reporté l’apparition de vergetures ou de l’ochronose, une pigmentation bleuâtre ou noirâtre de la peau.

Selon les médecins, son usage ne poserait pas de problèmes dans un cadre encadré et médical.

On peut utiliser de l’hydroquinone, sur des durées limitées, à des concentrations définies, et sous surveillance médicale

explique ainsi le dermatologue Pierre-Patrice Cabotin.

Mais, bien souvent, l’utilisation est beaucoup plus informelle. Freiner le phénomène pourrait se révéler particulièrement compliqué en raison des enjeux économiques. Selon les experts, il représentera 31,2 milliards de dollars à l’horizon 2024 au niveau mondial ! En France, malgré l’interdiction, il se révèle particulièrement facile à trouver dans certains quartiers. Soit parce que les vendeurs ignorent cette législation passée depuis 2001 ou bien ignorent la composition des produits qu’ils vendent.

Publié le lundi 19 février 2018 à 13:13, modifications lundi 19 février 2018 à 11:31

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire