Actualité

Grande-Synthe : un nouveau campement de réfugiés aux normes internationales

Alors qu’une partie de la «Jungle» de Calais est en train d’être démantelée, les premiers migrants devraient arriver ce lundi matin dans un nouveau camp d’accueil.

A partir de ce lundi 7 mars, à Grande-Synthe, près de Dunkerque, à l’extrémité nord de la France, les migrants pourront désormais s’abriter dans deux cents cabanons permettant de loger un peu plus de 1 000 personnes. Autre “jungle”, semblable à celle de Calais, le maire de la ville avait demandé à Médecins Sans Frontières de construire un camp aux normes internationales. Chaque cabanon est chauffé et prévu pour quatre personnes.

Le camp sera divisé en six zones, comportant chacune des douches et des toilettes, ainsi qu’un ou deux espaces de vie. On y trouvera un ancien hangar agricole qui servira de zone d’accueil, dans lequel la prise en charge des migrants sera faite 24 h sur 24. Des grandes tentes ont été montées afin de loger ceux qui arriveront de nuit. À la différence du Centre d’accueil provisoire jouxtant la “Jungle” de Calais, le camp ne sera pas clôturé.

Ce nouveau camp devra accueillir ce lundi, ses premiers occupants venus du camp voisin de Basroch, où sont dénombrés 1 050 kurdes, dont 60 femmes et 74 enfants. Le déménagement devrait durer au moins trois jours. La ville de Grande-Synthe a organisé le transfert des migrants en douceur, sans l’intervention des forces de l’ordre. Cependant, si certains réfractaires refusent de quitter la jungle dans les trois jours à venir, les forces de l’ordre seront obligées d’intervenir.

Au total, Médecins Sans Frontière aura investi 2,6 millions d’euros, tandis que Grande-Synthe et la communauté urbaine de Dunkerque 500 000 euros environ.

Publié le lundi 7 mars 2016 à 16:02, modifications lundi 7 mars 2016 à 16:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !