Actualité

Près de Lyon, le pari “à 80% réussi” d’un village d’insertion de Roms

Fin 2015, l’arrivée de familles roms, évacuées d’un bidonville, avait divisé Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon. Trois ans après, le village d’insertion s’apprête à fermer ses portes, la plupart de ses habitants ayant été relogés et poursuivant leur “parcours d’insertion”.

Deux jours avant Noël 2015 et sous la désapprobation d’une partie des habitants, une trentaine de personnes avaient été installées dans des maisonnettes préfabriquées, sur un ancien terrain militaire, après l’évacuation du bidonville de Villeurbanne-La Feyssine, de l’autre côté de l’agglomération.

Un lieu où il régnait “beaucoup de misère”, se rappelle Tita, 33 ans. “Ici, on est bien, il y a des douches, de l’eau, de l’électrique; ils dorment bien les enfants”, explique cette mère de sept enfants, une des dernières à avoir obtenu une solution pour la suite – un hébergement dans un foyer.

Au total, entre le village de Saint-Genis-les-Ollières et celui de Saint-Priest, au sud de Lyon, une quarantaine de familles ont été accompagnées dans ces structures gérées par la fondation Habitat et Humanisme et baptisées I2E, pour “insertion par l’emploi et l’école”.

Une femme rom, un enfant dans les bras, devant une maison préfabriquée d'un village d'insertion, le 6 septembre 2018 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon

(credit photo AFP) Une femme rom, un enfant dans les bras, devant une maison préfabriquée d’un village d’insertion, le 6 septembre 2018 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon

“Une trentaine sont dans un logement autonome, ce qui implique forcément d’avoir un emploi, d’avoir toute leur situation administrative à jour. Elles continuent leur parcours d’insertion”, se félicite le coordinateur Benoît Aurenche, surnommé le “chef” du village par ses occupants. Une fois installées, les familles restent accompagnées pendant trois mois par l’association, le temps de passer la main aux acteurs locaux.

“On a été gentils”

Assises près de leur porte, les mamans des familles encore présentes à Saint-Genis surveillent leurs enfants qui jouent devant les bungalows, fermés au fur et à mesure des départs.

Des familles roms devant des maisons préfabriquées dans un village d'insertion, le 6 septembre 2018 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon

(credit photo AFP) Des familles roms devant des maisons préfabriquées dans un village d’insertion, le 6 septembre 2018 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon

Quelques jours avant de recevoir les clés de son appartement, à Vaulx-en-Velin, Daniela, 21 ans, son dernier-né dans les bras, envisage l’avenir avec “confiance”. “Depuis un mois, on a acheté tout: le frigo, le lit, la machine à laver”, dit-elle avec le sourire.

Cette jeune mère de deux enfants a obtenu ici son “Dilf”, diplôme initial de langue française. Sa fierté. Elle espère maintenant trouver un emploi de femme de ménage.

La préfecture avait assuré que le projet ne durerait que trois ans. A l’approche de l’échéance, les deux dernières familles de Saint-Priest étaient en cours de relogement et une seule à Saint-Genis-les-Ollières attendait toujours une solution.

“C’est une réussite à 80%”, estime Bernard Tardy, président de l’association “Saint-Genis pour tous” qui a soutenu le projet. “On est fier d’avoir sorti des gens d’un tas d’ordures”, ajoute-t-il en regrettant les réactions “très violentes et disproportionnées” à l’arrivée de ces familles roms qui, “à part à l’école”, ont peu fréquenté la commune.

Des familles roms devant une maison préfabriquée dans un village d'insertion, le 6 septembre 2018 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon

(credit photo AFP) Des familles roms devant une maison préfabriquée dans un village d’insertion, le 6 septembre 2018 à Saint-Genis-les-Ollières, près de Lyon

Face aux manifestations d’hostilité, Daniela réagit, elle, avec une simplicité désarmante: “On a été gentils et si on est gentils, les gens aussi sont gentils”.

“Énorme envie de s’en sortir”

Déplorant des “incivilités” pendant ces trois années, le maire DVD de Saint-Genis-les-Ollières Didier Cretenet se félicite, lui, de la fermeture prochaine du village, qui “va apaiser les choses”, alors que la “cassure” reste vivace au sein de la population, avec “des personnes qui étaient très amies et qui ne se parlent plus”.

“Si l’on avait fait appel à plusieurs communes pour essayer de mettre moins de familles” au même endroit, “l’insertion aurait été certainement meilleure”, juge l’édile qui souhaiterait maintenant que la commune achète le terrain pour y établir “un projet environnemental”.

Pour M. Aurenche, le bilan “est globalement positif”.

“Ce sont des gens qui avaient une énorme envie de travailler, de s’en sortir, et qui n’avaient pas eu l’opportunité jusqu’à présent de mettre en avant toutes ces qualités”, estime-t-il, convaincu après cette expérience que “le travail”, sur des postes souvent peu qualifiés dans le bâtiment ou le nettoyage, est “un des axes principaux de l’insertion”.

Le “chef du village” gardera en mémoire l’image de ce petit garçon entrant au collège et qui se rêve… policier. “On leur a permis de développer leur imaginaire”, dit-il avec émotion.

Publié le jeudi 4 octobre 2018 à 10:10, modifications jeudi 4 octobre 2018 à 10:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !