Politique

Vladimir Poutine voulait être le premier à féliciter Donald Trump pour son investiture

Michael Flynn aurait alors fait exprès de laisser Theresa Mayn la cheffe du gouvernement britannique parler la première.

“Vladimir Poutine avait hâte de lui parler”

Le jour de l’investiture de Donald Trump comme président des Etats-Unis, le premier chef d’Etat a l’avoir eu au téléphone est Théresa May. Mais, la Première ministre du Royaume-Uni n’a dû cet honneur qu’à un filtrage effectué par Michael Flynn, l’éphémère conseiller à la sécurité national américain. C’est ce que vient de révéler le Wall Street Journal grâce à des mémos déclassifiés de James Comey, l’ancien directeur du FBI.

Cet appel a été dévoilé à Trump lors d’un déjeuner avec Theresa May au cours duquel il la remerciait d’avoir été la première à l’appeler. Michael Flynn s’est immiscé dans la conversation et a expliqué que c’était Vladimir Poutine, et non Theresa May qui avait appelé en premier et que Donald Trump devait bientôt le rappeler, selon plusieurs sources.

Problème, il s’agissait en l’occurrence d‘un filtrage de Michael Flynn. Un choix assumé de celui-ci pour respecter le protocole. La Grande-Bretagne étant le plus proche allié des Etats-Unis, la coutume veut que son dirigeant soit la première personne à parler avec un nouveau président.

Une révélation pas vraiment du goût de Donald Trump. En effet, selon Slate.fr, le président des Etats-Unis aurait alors dit “ce gars a de graves problèmes de jugement” en parlant de Michael Flynn. Surtout, ce dernier avait attendu 6 jours avant de mentionner l’appel.

Publié le mardi 24 avril 2018 à 12:37, modifications mercredi 25 avril 2018 à 3:12

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !