Politique

Présidentielle 2017 : Les « petits » candidats condamnés à s’allier avec les ténors ?

Les « petits » candidats dénoncent un « verrou anti-démocratique »

En quête de parrainages et de soutien financier, les « petits » candidats tentent de faire front commun.

Six David contre cinq Goliath. Six « petits » candidats, qui peinent à réunir les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle, ont organisé, jeudi 23 février, une conférence de presse commune à Paris. Ils dénoncent le « verrou anti-démocratique » mis en place, selon eux, par les grands partis.

Ainsi, Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste), Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne), Charlotte Marchandise-Franquet (laprimaire.org), le leader indépendantiste tahitien Oscar Temaru et Christian Troadec, chef de file du mouvement des Bonnets rouges, se sont exprimés. L’écrivain Alexandre Jardin (mouvement Bleu Blanc Zèbre) n’était finalement pas présent.

En tout cas, tous s’indignent de la loi votée au printemps dernier. Celle-ci modifie certaines règles de l’élection présidentielle, notamment au sujet des fameux 500 parrainages et du temps de parole.

« Soutenir un petit, c’est soutenir la démocratie »

En effet, désormais, les élus (42 000 potentiels) transmettent eux-mêmes leurs parrainages pour un candidat au Conseil constitutionnel alors que ce sont les candidats qui s’en chargeaient lors des précédents scrutins. Or, les parrainages seront rendus publics deux fois par semaine au Journal officiel par le Conseil constitutionnel pour éviter tout faux suspense des candidats dans leur quête des 500 tickets d’accession à la présidentielle.

Lesquelles seront donc, à terme, intégralement dévoilées, au lieu d’un extrait de 500 noms tirés au sort.

La pression sur les maires est telle qu’ils ou elles ne peuvent accorder leur parrainage librement. En raison des retombées négatives qu’ils ou elles pourraient subir.

Mettent en avant les six candidats.

Ils rappellent que

L’acte de parrainage n’a pas de valeur de soutien, mais de chance donnée à chaque élu(e) de stimuler une démocratie active.

Empêché de se présenter à la primaire de la gauche, Pierre Larrouturou a été le plus virulent contre les favoris de la présidentielle.

La plupart des candidats qu’on voit à la télévision ont déjà mille, deux mille signatures. Est-ce qu’il est normal qu’ils continuent à en engranger ? Et à faire pression sur les élus pour qu’ils ne donnent pas leurs signatures à de nouvelles têtes. Et de nouveaux projets

S’est agacé le fondateur de Nouvelle Donne, qui assure avoir encore besoin « d’au moins 200 » parrainages pour se présenter.

Un front des « petits » candidats désuni

Si les arguments des « petits » candidats sont les mêmes, il leur est toutefois bien difficile d’afficher une véritable unité devant les caméras.

En effet, dans l’hôtel du 14e arrondissement de Paris, où se déroulait la conférence de presse pour présenter leur appel, seuls Pierre Larrouturou et Christian Troadec étaient présents. Philippe Poutou et Charlotte Machandise-Franquet avaient envoyé des représentants, tandis qu’Oscar Temaru et Alexandre Jardin ont laissé leur chaise vide. Un temps pressentie pour se joindre à l’appel, Rama Yade a finalement décliné.

Grâce à ce rassemblement, les petits candidats espèrent maintenant gagner en visibilité. Et ainsi, faire entendre des voix différentes face aux favoris des sondages. Pour y arriver, ils ont notamment appelé les 43 000 élus pouvant encore accorder leur parrainage à leur céder 3 000 signatures.

Pour le moment, chacun des candidats a entre 100 et 350 parrainages. Or, le recueil des parrainages s’achèvera le vendredi 17 mars à 18 heures. C’est également la date limite pour le dépôt par les candidats de leur déclaration de patrimoine. Celles-ci seront ensuite transmises à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Publié le vendredi 24 février 2017 à 10:00, modifications vendredi 24 février 2017 à 10:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !