Politique

Penelope Gate : Pour Dupont-Aignan, François Fillon « fait le jeu d’Emmanuel Macron »

Plus que jamais embourbé dans le fameux « Penelope Gate », François Fillon n’en finit plus de recevoir des critiques venues de tous bords politiques, y compris de ses propres rangs. Dernière personnalité en date à remettre en cause le candidat à la présidentielle : Nicolas Dupont-Aignan qui, en plus d’accuser le Républicain de faire « le jeu d’Emmanuel Macron », voit également en cet « entêtement » une « mise en danger » de la droite.

Voilà près d’un mois que François Fillon est au cœur de la tempête. La raison à cela ? Des soupçons d’emplois fictifs de son épouse, Penelope Fillon. Et pour cause, en plus d’avoir provoqué un véritable séisme politique, ce « Penelope Gate » semble encore loin de son épilogue. Un avis partagé par Nicolas Dupont-Aignan…

En effet, invité de l’émission Face aux chrétiens, jeudi 16 février, le candidat de Debout la France n’a pas mâché ses mots en livrant son sentiment sur cette affaire sérieuse. Pour lui, c’est bien simple : « en s’entêtant », « met en danger la droite » et « fait le jeu d’Emmanuel Macron ». Affirmant ensuite que François Fillon prennait « la droite en otage », celui-ci ajoute :

Je ne veux pas voir élu Monsieur Macron. Voilà, c’est aussi simple que ça !

LE « PENELOPE GATE » CONTINUE

Mais alors, pourrait-il y avoir prescription pour cette affaire dont les faits remonteraient à plusieurs années ? Pas pour l’instant. Ainsi, dans un communiqué diffusé jeudi, le parquet national financier (PNF) a indiqué qu’il ne classerait pas, en l’état, le dossier sans suite. Les chefs d’accusation actuels ? « Détournement de fonds publics » et « abus de biens sociaux ».

Depuis l’éclatement de cette sulfureuse affaire, François Fillon voit sa cote de popularité baisser en flèche. Et alors que ce dernier assurait il y a quelques jours que rien ne pourrait le détourner de ses ambitions présidentielles, l’adversaire d’Alain Juppé à la primaire de la droite s’est finalement engagé à se retirer de la course à l’Élysée en cas de mise en examen.

A bien des égards, voilà un bien épineux dossier qui n’a pas fini de nous surprendre…

Publié le vendredi 17 février 2017 à 10:32, modifications vendredi 17 février 2017 à 9:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !