Politique

Nomination d’Edouard Philippe : Faut-il parler de cohabitation, d’ouverture ou de coalition ?

Emmanuel Macron bouscule les schémas politiques traditionnels

La nomination d’Edouard Philippe comme Premier Ministre bouscule les codes de la politique traditionnelle. Retour sur cette situation inédite en France !

Décidément, le nouveau président de la République Emmanuel Macron a tendance à bousculer les codes établis en politique depuis de très nombreuses années. Il souhaite un renouveau de la vie politique française, et ne cesse de bouleverser les schémas classiques. On s’y perd un petit peu, il faut bien l’avouer… Alors si nous faisons un point sur cette situation inédite sous la Cinquième République ?

Les partis politiques existent-ils encore ?

C’est une question qui peut paraître surprenante. Car depuis toujours (ou presque), le système politique français est organisé en partis politiques. Pour faire simple, on a la droite d’un côté, et la gauche de l’autre. Mais voilà qu’Emmanuel Macron se veut un Président ni de droite ni de gauche….

Durant sa campagne électorale, il a reçu de nombreux soutiens de la part de socialistes, et des centristes. Et pourtant, il vient de nommer un Républicain au poste de Premier Ministre. Il y a de quoi se mélanger les pinceaux ! Et d’ailleurs, plusieurs hommes politiques dénoncent sa manière de faire… et ne comprennent pas bien sa stratégie politique.

A gauche, on a ainsi pu découvrir le communiqué de Benoît Hamon qui dénonce une coalition dirigée par un membre des Républicains. Jean-Luc Mélenchon également appelle à une cohabitation, qu’il estime nécessaire, et demandent aux Français de bien réfléchir au choix qu’ils feront lors des élections législatives.

A droite, ce n’est guère mieux, car plusieurs Républicains ne comprennent pas pourquoi Edouard Philippe a accepté ce poste de Premier Ministre. D’autres, pourtant de la même famille politique, salue l’ouverture politique voulue par Emmanuel Macron.

Car que vont entraîner tous ces changements ? Qu’est-ce qu’une politique d’ouverture ? Et une cohabitation, ça veut dire quoi ? On vous explique tout en détails !

Peut-on parler de Gouvernement d’ouverture ?

L’ouverture politique est tout simplement le fait de tendre la main à ceux qu’on considère comme des adversaires. C’est généralement un signe de bonne volonté de la part d’un Gouvernement qui souhaite donc s’ouvrir à d’autres partis politiques. On se souvient par exemple du Gouvernement d’ouverture de Michel Rocard, en 1988. Ce dernier avait décidé d’ouvrir les portes des Ministères aux centristes. Nicolas Sarkozy en 2007 avait fait la même chose en proposant à Bernard Kouchner, pourtant forte personnalité de la gauche, de participer à son Gouvernement.

Mais pour qu’il y ait une ouverture au niveau du Gouvernement, il faut obligatoirement que le Premier Ministre soit du même bord que le Président de la République. Alors qu’actuellement, Edouard Philippe est plutôt Républicain… Et Emmanuel Macron est tout sauf Républicain ! Donc on ne peut clairement pas parler d’un Gouvernement d’ouverture dans la situation actuelle.

D’ailleurs, le chef du Gouvernement d’Emmanuel Macron a rappelé sur TF1 lundi dernier qu’il ne souhaitait pas parler de Gouvernement d’ouverture. Ce n’est visiblement pas du tout la volonté d’Emmanuel Macron qui préfère envisager un renouveau et une recomposition de la vie politique.

Peut-on parler de coalition ?

La coalition est là encore une manœuvre politique bien particulière. Il s’agit d’une entente entre plusieurs partis politiques qui sont habituellement opposé. L’idée est de s’associer pour poursuivre un objectif commun. On parle alors non plus de Gouvernement d’ouverture, mais de coalition gouvernementale.

Lorsqu’il n’y a pas de majorité claire au moment de l’élection législative, le Président de la République peut choisir de passer un accord de Gouvernement pour que ce dernier se compose des principales forces politiques représentées à l’Assemblée nationale. Ce que ça veut dire ? Et bien tout simplement que les Ministres viennent de plusieurs partis politiques, et qu’ils décident de travailler tous ensemble, dans un but commun. C’est un accord politique majeur.

Mais actuellement, le Gouvernement d’Edouard Philippe ne sera pas un Gouvernement de coalition. Car la nomination du nouveau Premier Ministre s’est faite sans l’accord des Républicains ! Il n’y a pas eu d’accord entre le parti d’Emmanuel Macron et celui d’Edouard Philippe ! Ce qui ne manque bien évidemment pas de faire des remous…

Peut-on déjà parler d’une cohabitation ?

Certains spécialistes estiment donc que le Gouvernement actuel sera une cohabitation. La cohabitation, c’est tout simplement le fait que le Président de la République et le Premier Ministre sont issus de tendances politiques opposées. Ce qui est bel et bien le cas actuellement…

Généralement, on retrouve ce cas de figure après les élections législatives, lorsque le parti du Président de la République n’obtient pas une majorité à l’Assemblée nationale. Il est alors dans l’obligation (obligation politique et non légale) de nommer un Premier Ministre issu de la majorité. Car un Premier Ministre qui n’est pas reconnu par la majorité des députés bloque tout le processus législatif.

On a déjà connu plusieurs cohabitations sous la cinquième République. Le Gouvernement de Jacques Chirac entre 1986 et 1988 sous la présidence de François Mitterrand, le Gouvernement d’Edouard Balladur entre 1993 et 1995 sous la présidence de Jacques Chirac, et enfin le Gouvernement de Lionel Jospin entre 1997 et 2002, sous la présidence de Jacques Chirac également. Mais depuis les années 2000, les élections législatives ont lieu juste après l’élection présidentielle : de ce fait, les Présidents de la République ont toujours obtenu une majorité à l’Assemblée nationale. Car le Chef de l’Etat venant tout juste d’être élu par les citoyens, il est logique que quelques semaines plus tard, les citoyens lui offrent une majorité au Parlement…

Un contexte différent

Cette année, c’est pourtant très différent. Emmanuel Macron a bénéficié d’un large report de voix au second tour de l’élection présidentielle, pour faire barrage au Front National. Et il semble particulièrement difficile pour lui d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale, même si bien entendu, ce serait le cas de figure idéal pour le Président de la République.

Il semble donc qu’Emmanuel Macron se prépare à une cohabitation. Et en nommant Edouard Philippe Premier Ministre, il se prépare déjà à une forme de cohabitation. Car le positionnement idéologique de ce dernier est bien différent du sien.

On sait qu’Emmanuel Macron souhaite dépasser les clivages traditionnels, et qu’il veut un renouveau de la vie politique française. Il n’a cessé de le rappeler tout au long de la campagne électorale. Et il commence immédiatement, en tranchant avec ce que ses prédécesseurs ont fait avant lui, nommant un Premier Ministre qui ne partage pas forcément ses idéaux politiques. C’est donc une situation nouvelle, avec un Gouvernement qui se renouvelle, et qui n’appartient ni à la droite ni à la gauche…

La suite devrait être particulièrement intéressante… A suivre donc !

Publié le mercredi 17 mai 2017 à 12:52, modifications lundi 22 mai 2017 à 11:03

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !