Politique

Marine Le Pen : deux de ses proches mis en garde à vue

Coup dur pour Marine Le Pen. La chef de cabinet ainsi que le garde du corps de la dirigeante du Front National ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs au Parlement Européen. On fait le point …

Encore un rebondissement dans l’affaire des emplois fictifs du Front National au Parlement Européen. En effet, ce mercredi 22 février, Thierry Légier, le garde du corps de Marine Le Pen, ainsi que Catherine Griset, la chef de cabinet de la candidate, ont été placés en garde à vue. Ces interpellations ont eu lieu dans le cadre d’une enquête entamée en décembre 2016 par le parquet de Paris. Parmi les chefs d’inculpation, on retrouve notamment abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé. L’enquête concerne en effet les emplois d’assistants parlementaires qu’auraient occupés Mr Légier et Mme Griset. Seulement le doute plane sur la réalité de ces emplois.

Les enquêteurs se posent donc la question de savoir si le Front National a mis en place une stratégie pour que le Parlement Européen rémunère, au titre d’assistants parlementaires, des employés du parti de Marine Le Pen. Thierry Légier et Catherine Griset ont été entendus par l’Office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF). La garde à vue du garde du corps de Marine Le Pen a été levée, cependant sa chef de cabinet a été mise en examen.

Un coup dur pour Marine Le Pen et le FN?

En effet, Catherine Griset aurait été employée comme assistante parlementaire pendant cinq ans. Elle aurait ainsi touché plus de 300 000 euros mais n’aurait jamais été vue à Bruxelles ou à Strasbourg. En 2015, l’enquête sur cette affaire avait été déclenchée par Martin Schulz, le président des eurodéputés.

Interrogée sur le sujet, Marine Le Pen a qualifié l’affaire d’opération médiatique. Elle a également déclaré :

Les Français savent exactement faire la différence entre les vraies affaires et les cabales politiques. Ils le savent pertinemment.

Mais malgré les démentis de la chef du parti, le doute persiste. Les locaux de Nanterre du Front National ont récemment été perquisitionnés dans le cadre de l’enquête. Les disques durs des ordinateurs de deux assistants de Marine Le Pen, dont Catherine Griset, ont notamment été saisis. Rappelons également que la dirigeante du FN avait été condamnée par le Parlement Européen à rembourser les salaires de Thierry Légier et Catherine Griset avant le 31 janvier dernier. Celle-ci n’ayant pas procédé au remboursement des 339 946 euros, le Parlement devrait saisir la moitié de son indemnité en contrepartie.

Publié le jeudi 23 février 2017 à 11:38, modifications jeudi 23 février 2017 à 11:38

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !