Politique

Manuel Valls veut « reconstruire l’islam de France »

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, Manuel Valls a appelé à « un devoir de lucidité face à la montée de l’islamisme ». Il souhaite mettre en place un « véritable pacte » avec l’islam pour empêcher que se renouvèlent les radicalisations qui ont mené aux récents attentats.

Dans son entretien publié dans Le Monde du vendredi 29 juillet, Manuel Valls avait déjà émis la volonté « d’inventer une nouvelle relation » avec l’islam en France. Le chef du gouvernement a réitéré ses propos dans les colonnes du Journal du Dimanche de ce dimanche 31 juillet. Il a notamment martelé que

Face à la montée de l’islamisme et du jihadisme, il y avait urgence à bâtir un véritable pacte avec l’islam de France.

Manuel Valls a insisté sur le fait que l’islam avait trouvé sa place dans la République et ce malgré toutes les attaques à répétition de ceux qui se disent populistes que ce soit à droite ou à l’extrême droite.

Cependant, face à la recrudescence des attentats qui se sont succédés en juillet, l’ancien maire d’Evry à appeler à

Un devoir de lucidité face à la montée de l’islamisme et du jihadisme mondialisé avec sa vision apocalyptique.

Pour ce faire, Manuel Valls avait indiqué dans les pages du Monde qu’il était favorable à « l’interdiction temporaire du financement étranger dans les mosquées » qui sont sur le sol français. A ce sujet, la Fondation pour l’islam de France, créée il y a dix ans, avait pour objectif de réunir les fonds nécessaires pour la construction de mosquées et ce dans la plus grande transparence.

Le Premier ministre a été contraint de constater qu’il s’agit d’un « échec total ».

Cependant, il ne se dit pas « découragé » pour autant :

Il faut reconstruire une capacité de financement française.

Ainsi, Manuel Valls a dit vouloir redonner à la Fondation pour l’islam de France « une place centrale » qui permettrait d’aider les musulmans à se débarrasser « de ceux qui le minent de l’intérieur ».

Pour être à la hauteur de cette ambition, il faudra revoir certaines règles pour tarir les financements extérieurs, et accroître en compensation les possibilités de levées de fonds en France. Tout devra être mis sur la table, avec les musulmans de France et leurs instances représentatives.

A expliqué le locataire de Matignon.

Mais cela ne se fera que par « un engagement massif et puissant » :

D’abord, des musulmans. Et je les appelle à agir dans leur famille, leur quartier. Mais aussi, de tous les citoyens dans un élan fraternel, à rebours du repli sur soi ou de la nostalgie qui paralyse. C’est à chacun de s’opposer à ceux qui manient les revendications communautaires ou complotistes, remettent en cause les lois de 2004 et 2010 sur les signes religieux et contre le voile intégral.

A-t-il argumenté, avant de pointer du doigt le salafisme en précisant :

Tous les salafistes ne sont pas des jihadistes…mais presque tous les jihadistes sont des salafistes.”

 

Publié le dimanche 31 juillet 2016 à 16:47, modifications dimanche 31 juillet 2016 à 16:14

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !