Politique

Manuel Valls : après avoir prôné le revenu universel en 2016, il s’en prend à Hamon

Manuel Valls attaque Benoît Hamon sur le revenu universel. Une mesure que le candidat à la primaire de la gauche prônait lui-même en 2016.

Depuis les résultats du premier tour du scrutin de la primaire à gauche, l’ancien Premier ministre Manuel Valls multiplie les attaques contre son adversaire Benoît Hamon. Alors que ce dernier se pose en favori du second tour face à Manuel Valls, celui-ci n’hésite pas à l’attaquer sur sa mesure phare : le revenu universel.

L’ancien ministre de l’économie et de l’éducation nationale propose en effet d’augmenter le RSA de 10% à hauteur de 600 euros à tous les ayants-droit dès 2018, puis d’élargir ce revenu à l’ensemble de la population française à raison de 750 euros par mois. Une mesure qui « ruinerait le pays » a dénoncé Manuel Valls au micro de RTL lundi 23 janvier :

Le revenu universel, c’est 350 ou 400 milliards d’euros. C’est plus d’impôts, plus de déficit et plus de dette. Il faut sortir des ambiguïtés. Le choix est clair, les options sont claires, entre Benoît Hamon, que je respecte, bien évidemment, qui défend ses idées, mais dont je considère que le projet va semer le sable et les illusions.

Valls préconise un “revenu décent”

L’ex-Premier ministre ne s’est pourtant pas toujours posé en détracteur du revenu universel. Seulement trois mois plus tôt, ce dernier prônait “une garantie d’une continuité en cas de coup dur, une sécurité nouvelle face aux risques nouveaux de précarité”, comme le rappelle le quotidien Libération. Interrogé à ce propos par France Info, Manuel Valls n’a pas cherché à démentir en précisant toutefois :

Il faut ce revenu décent que je propose (…) Il faut qu’il soit beaucoup plus efficace. Vous ne ferez croire à personne que j’ai défendu l’idée d’un revenu universel à 350 milliards d’euros.

Par « revenu décent », Manuel Valls entend garantir “le droit de chacun d’accéder à la formation en faisant en sorte que toute personne qui a le besoin immédiat d’une qualification (jeune sans diplôme, chômeur qui doit se reconvertir) puisse le faire (avec des heures inscrites sur le Compte personnel d’activité immédiatement)”.

Une proposition sensiblement différente de « la garantie d’une continuité en cas de coup dur, et d’une sécurité face aux risques nouveaux de précarité » qu’il proposait en octobre 2016…

Publié le mercredi 25 janvier 2017 à 17:04, modifications mercredi 25 janvier 2017 à 17:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !