Politique

Législatives 2017 : Coup dur pour le Front National

Le parti politique d'extrême droite obtient 538.050 voix de moins qu’en 2012

Ce premier tour des élections législatives ne se déroule pas comme prévu pour le Front National… On vous en dit un peu plus !

Tout le monde ne cesse de parler de la défaite historique du parti socialiste dans ce premier tour des élections législatives 2017. Et il faut bien avouer que le part de la rue de Solferino est terriblement affaibli. Mais il est loin d’être le seul parti à politique en difficulté. En effet, ce dimanche 11 juin, le Front National a également subi un douloureux revers de situation.

Un recul important

Généralement, le Front National recule nettement entre l’élection présidentielle et les élections législatives. Mais cette année, ce recul est assez impressionnant. En effet, le parti d’extrême droite obtient très exactement 2.990.613 voix, ce qui équivaut à 13.2% des suffrages exprimés. Quand on sait que Marine Le Pen avait recueilli 7.7 millions de voix le soir du premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril dernier, on comprend toute l’ampleur de la défaite…

Il faut savoir qu’au premier tour des Législatives de 2012, le Front National avait obtenu 3.258.663 voix, soit 13.6% des suffrages exprimés. Le recul est donc conséquent puisqu’on parle très exactement de 538.050 voix… Une perte significative qui devrait faire réfléchir Marine Le Pen quant à l’avenir de sa famille politique.

Pas de groupe parlementaire

L’objectif affiché pour le Front National était d’obtenir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. Mais il faut un minimum de 15 députés pour pouvoir envisager un tel groupe… Ce qui est totalement hors de portée à la vue des résultats de ce premier tour des élections Législatives. En effet, on parle actuellement de 3 à 5 députés frontistes…

En effet, la forte abstention à fortement réduit les triangulaires. Or, c’est cette configuration électorale qui avait permis au Front National de remporte deux circonscriptions en 2012, à savoir celle de Marion Maréchal-Le Pen dans le Vaucluse, et Gilbert Collard dans le Gard. Cette année, la défaite est lourde, et ce dès le premier tour. Plusieurs figures politiques majeures du FN ont été éliminées hier comme Nicolas Bay en Seine-Maritime, Jean-Lin Lacapelle dans les Bouches-du-Rhône, ou encore Franck De Lapersonne dans la Somme.

Heureusement que Marine Le Pen est largement en tête dans sa circonscription. En effet, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, où se trouve la mairie FN d’Hénin-Beaumont, la fille de Jean-Marie Le Pen a récolté 46% des voix au premier tour. Un joli score qui lui assure normalement la victoire lors du second tour qui se déroulera dimanche prochain.

Des députés frontistes ?

Le Front National avait clairement affiché son objectif : celui de remporter 45 circonscriptions, notamment celles dans lesquelles Marine Le Pen avait dépassé les 50% lors du second tour de l’élection présidentielle. Malheureusement pour les frontistes, le plan ne se déroule pas du tout comme prévu. Loin de là même puisque les résultats du scrutin sont mauvais…

Mais il reste quelques espoirs. Car 110 candidats du Front National sont qualifiés pour le second tour des élections législatives. Les responsables frontistes s’en félicitent, puisqu’en 2012, il n’y avait que 61 qualifiés. Cependant, derrière ces chiffres ne se cachent finalement pas vraiment une progression ! Bien au contraire puisque cette année, le Front National a obtenu bien moins de soutien de la part des Français, et compte plus de 500 000 vois en moins…

Une situation alarmante selon Marine Le Pen

Marine Le Pen est bien évidemment très déçue. Elle parlait il y a quelques semaines du Front National comme la première force d’opposition en France. On en est très très loin ! En effet, le nombre de députés qui sera élu à l’Assemblée nationale ne permettra même pas de constituer un groupe parlementaire…

Selon la fille de Jean-Marie Le Pen, c’est l’abstention catastrophique qui a notamment pénalisé sa famille politique. C’est en tout cas ce qu’elle a expliqué de son QG de campagne situé bien entendu à Hénin-Beaumont. Il faut rappeler que la femme politique avait également réclamé l’instauration de la proportionnelle qui lui avait permis de faire élire 35 députés en 1986. Mais surtout, elle appelle à la mobilisation de ses militants !

Ce second tour des élections législatives est essentiel, et sur ce point, on ne peut pas lui donner tort. Cependant, on sent bien qu’au sein même de sa formation politique, tout le monde n’est pas d’accord sur la stratégie à adopter. LA déception est grande, et les « lieutenants » de Marine Le Pen sont bien moins enthousiastes qu’elle…

Des déceptions importantes au sein du parti politique

Florian Philippot, vice-président du Front National, a tenu à sortir du silence rapidement. Il a reconnu être très déçu par les résultats à ces élections législatives. Sophie Montel, députée européenne, quant à elle estime que malheureusement, les électeurs du Front ne sont pas allés voter.  Jean-Lin Lacapelle a de son côté expliqué à l’AFP que l’électorat frontiste était en pause, d’autant plus qu’il faisait beau ce dimanche. Ce qui n’a pas joué en la faveur du Front National !

Stéphane Ravier, Sénateur Front National, a déploré le comportement des électeurs sur Twitter, estimant qu’il ne fallait pas que les électeurs se plaignent dans six mois s’ils ont préféré voter plages ou barbecue… On sent donc bien la colère et les déceptions des leaders de ce parti politique !

Une baisse de la subvention publique annuelle du Front National

Il faut également savoir que l’échec aux élections législatives aura d’autres conséquences pour le Front National. EN effet, cette déconvenue va provoquer une baisse de la subvention publique annuelle du FN par rapport à 2012. Cette subvention est en effet basée sur le nombre de suffrages obtenus lors du premier tour de ce scrutin.

Le parti politique d’extrême droite avait expliqué manquer d’argent pour mener à bien ses projets. Avec cette défaite aux élections législatives, les choses ne vont pas vraiment s’arranger…

Il est donc temps pour les dirigeants du Front National d’en tirer les conclusions, et de débattre en interne sur la refondation du Front National. Refonte qui a d’ailleurs largement été évoquée ces dernières semaines.

On sait par exemple que nombreux sont ceux à estimer que le débat sur la sortie du l’Euro et le débat raté de l’entre-deux tours sont à l’origine de cette défaite… Il va donc falloir resserrer les rangs et envisager une nouvelle ère pour le Front National… A suivre !

Publié le lundi 12 juin 2017 à 9:45, modifications mercredi 14 juin 2017 à 13:12

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !