Politique

Emmanuel Macron « En Marche ! » vers un parti fédérateur

Invité du journal télévisé de France 2, Emmanuel Macron l’affirme haut et fort : « Aujourd’hui notre pays n’a pas le droit de manquer le prochain rendez-vous. » Et ce rendez-vous serait celui de son nouveau parti politique « En Marche ! » qui voudrait briser les barrières entre gauche et droite afin de devenir un collectif sans frontière, bien plus ouvert aux avis des citoyens.

C’est à Amiens, sa ville natale, que la ministre de l’économie Emmanuel Macron a fait sensation le 6 avril en indiquant la création de son mouvement politique à un an de la présidentielle. Ni de droite, ni de gauche, le mouvement « En Marche ! », qui reprend ses initiales, veut bousculer les choses à l’aide d’« idées neuves », comme l’affirme le clip promotionnel du nouveau parti.

Faisant déjà l’objet de vives critiques, notamment celles des opposants à la loi travail dénonçant une « marche vers la précarité », c’est au journal télévisé du 20h de France 2 du 10 avril 2016 qu’Emmanuel Macron a décidé de répondre aux questions de Laurent Delahousse qui lui demande sans attendre ce que représente « En Marche ! »

C’est un mouvement politique. Pourquoi ? Parce que depuis à peu près 18 mois, je suis dans un collectif gouvernemental sous la présidence de François Hollande, dans le gouvernement de Manuel Valls, et j’agis au sein de ce collectif. On a fait beaucoup de choses et on continuera à en faire. Mais en même temps, je perçois des blocages. Je les ai vécus quand j’ai eu à défendre une loi. Les blocages de celles et ceux qui, avec de bonnes raisons disent, à gauche, on ne m’avait pas promis ça en 2012, ou qui disent à droite, parce qu’elle est portée par quelqu’un de gauche, je ne veux pas voter cette loi.

Emmanuel Macron indique avant tout souhaiter faire le bilan du pays en consultant les 13.000 adhérents que compte jusqu’à aujourd’hui son mouvement. Il veut même aller plus loin en lançant une grande opération de porte-à-porte.

Pourquoi nous sommes aujourd’hui bloqués ? Parce qu’il y a un entre soi, on est quelques-uns à décider pour les autres ; parce qu’on ne voit pas toutes les initiatives qui sont faites dans le pays ; parce que l’on reste parfois trop pris dans des clivages.

Emmanuel Macron veut des choix plus radicaux et regarder en face la situation du pays avant les prochaines élections présidentielles. Il souhaite une vision nouvelle, oubliant les oppositions entre partis. Il se veut fédérateur en rassemblant ceux qui croient à l’émancipation par le travail, la liberté, la justice, et l’Europe.

Je suis aujourd’hui dans un gouvernement de gauche, je suis de gauche, je viens de la gauche mais j’ai envie de travailler avec des femmes et des hommes de droite et je ne me satisfais pas de la géographie actuelle […] Nous pouvons dans une action commune, une volonté commune, rassembler des bonnes volontés de droite et de gauche.

La ministre de l’économie révèle donc ainsi que le parti socialiste n’est pas suffisant, sans pour autant affirmer l’échec de François Hollande. Non, Emmanuel Macron ne veut pas descendre en flèche le gouvernement politique en place et non, son initiative n’est pas une vaine tentative afin de redorer l’image du Président.

Lorsque enfin, on lui demande s’il se présentera aux élections présidentielles, il répond :

Notre vie politique est engluée dans un temps d’obsessions personnelles […] Ce mouvement n’est pas une aventure personnelle.

Toujours d’après ses dires, Emmanuel Macron aurait le soutien de François Hollande et Manuel Valls, bien que leurs réactions au conseil des ministres franco-allemand de Metz le jeudi 7 Avril, semblent avoir prouvées le contraire. Mais, soutien de ses paires ou pas, une question reste en suspens, aura-t-il l’approbation des citoyens qu’il souhaite impliquer dans son mouvement politique ? Si, comme il l’affirme, « En Marche ! » accueille un adhérent toutes les 30 secondes, il n’aura pas à prendre son mal en patience trop longtemps avant que tous les français ne fassent l’apologie de ce parti.

Publié le lundi 11 avril 2016 à 11:05, modifications lundi 11 avril 2016 à 10:42

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !