Politique

Emmanuel Macron critiqué pour avoir parlé de l’alcoolisme dans le bassin minier du Nord

Maladresse ou réalité sanitaire ? Le candidat à la présidentielle du mouvement “En Marche” a été accusé de “mépris social” par ses opposants pour avoir évoqué l’alcoolisme et le tabagisme dans le bassin minier du Nord.

En visite dans le Nord de la France, Emmanuel Macron a expliqué selon L’Avenir Artois que “l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier“. Vendredi 13 janvier, l’ancien ministre de l’économie, en déplacement à Noeux-les-Mines (Pas-de-Calais), a en effet évoqué “des problèmes sanitaires et sociaux” après l’effondrement de l’industrie minière. Il a ajouté que, dans ce bassin minier, l’espérance de vie s’est réduite, et depuis plusieurs années, inférieure à la moyenne nationale. Et en a conclu :

Il faut traiter cela en urgence afin de rendre le quotidien de ces personnes meilleur.

Le maire frontiste de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois, a alors vivement réagi à ces déclarations dans un communiqué, taxant Emmanuel Macron d’avoir fait preuve de “mépris de classe”.

Le numéro 2 du Font national Florian Philippot a lui aussi jugé sur Twitter un “terrible mépris social chez Macron. Le vernis craque très vite”.

En dehors du Front national, des politiques d’autres partis ont également fait savoir leur désaccord. Le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, a écrit sur son compte Twitter :

Quant à Marine Tondelier, élue EELV à Hénin-Beaumont, elle ironise sur Twitter :

Il a juste oublié la consanguinité je crois sinon c’est la totale. Ce mec est quand même vraiment un cas.

Réponse par les statistiques

Pour justifier les propos de son candidat, Pierre Le Texier, membre de l’équipe d’Emmanuel Macron, a publié sur son compte Twitter une carte. Ce document, issu d’un baromètre santé de l’INPES de 2010, montre les prévalences régionales de l’usage quotidien d’alcool parmi les 15-75 ans. Et la carte indique effectivement que l’usage quotidien d’alcool est “supérieur au reste de la France” dans le Nord-Pas-de-Calais… Mais aussi en Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Pays de La Loire. Pierre Le Texier accompagne cette illustration d’un commentaire, répondant entre autres aux critiques du FN :

Quel mépris social ? Une réalité sanitaire. Mais bon vous, de dire la vérité, ce n’est pas votre truc.

Deux études datant de 2013 viennent confirmer le constat de problèmes sanitaires liés à l’alcoolisme et au tabagisme dans le bassin minier du Nord : rapport de l’INPES et un diagnostic territorial mené par un pôle d’observation. On peut ainsi lire dans ce diagnostic :

Le Nord-Pas-de-Calais est la région de France métropolitaine où la surmortalité est la plus importante, suivie de la Picardie (…) La surmortalité est la plus nette pour les décès liés à l’alcoolisme : leur nombre est supérieur de 87 % chez les hommes et 138 % chez les femmes à ce que l’on aurait observé dans le Nord–Pas de Calais si la mortalité y était la même qu’en France. La surmortalité régionale est également très élevée pour les décès liés au tabagisme et, chez les femmes, au diabète.

Emmanuel Macron “ne retire pas un mot”

Le candidat de “En marche” a fait savoir dans un communiqué qu’il “ne retire donc pas un mot de ce qu’il a dit”. Il s’explique :

Je trouve déplorable et malsain le choix de sujets aussi graves pour polémiquer. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir ce que l’on peut faire pour cette région dont je viens, et ces territoires que je connais depuis toujours.

Il en profite au passage pour s’adresser “à ceux qui ont abandonné ces territoires, comme le Parti communiste”. Ou encore à ceux qui “leur mentent aujourd’hui, comme le parti Front national ou des élus en mal de publicité”.

Publié le dimanche 15 janvier 2017 à 13:25, modifications lundi 16 janvier 2017 à 10:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !