Politique

Elections territoriales en Corse : La coalition nationaliste l’emporte au 1er tour

La coalition nationaliste est arrivée largement en tête du 1er tour des élections territoriales en Corse.

Les habitants de la Corse votaient pour la première fois afin d’élire leurs représentants au sein d’une collectivité territoriale unique. Cette entité, issue de la fusion des deux conseils départementaux et de la région, sera officialisée le 1er janvier 2018.

Or, 234.000 électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 3 décembre pour le premier tour du scrutin où 63 sièges sont à pourvoir.

Ainsi, la coalition nationaliste est arrivée largement en tête avec 45,36% des voix, selon les résultats définitifs communiqués par la préfecture. La liste nationaliste Pè a Corsica (Pour la Corse), qui rassemble les autonomistes de Gilles Simeoni et les indépendantistes de Jean-Guy Talamoni est en progression de plus de 20 points par rapport aux élections territoriales de 2015.

Le score final, il est évident que c’est une véritable lame de fond, un véritable raz de marée démocratique, qui vient confirmer et amplifier ce qui s’est passé en décembre 2015 avec la victoire des nationalistes.

A réagi Gilles Simeoni, l’actuel président du conseil exécutif de la région.

En outre, la liste de la coalition a largement devancé celle de la droite régionaliste de Jean-Martin Mondoloni créditée de 14,97% des voix.

La liste Les Républicains emmenée par Valérie Bozzi est arrivée en troisième position (12,77%). Elle a devancé la liste de la République en Marche de Jean-Charles Orsucci qui a obtenu 11,26%.

Le petit parti indépendantiste U Rinnovu qui a eu un score de 6,69% n’a pas franchi la barre fatidique des 7% nécessaire pour se présenter seul au second tour qui aura lieu le 10 décembre.

Enfin, la liste commune PCF-Insoumis a obtenu pour sa part 5,68% des suffrages. Le Front national a fermé la marche avec 3,28%.

Entrer dans le dialogue avec Paris.

Je crois qu’aujourd’hui la Corse envoie un signal très fort à Paris et dit d’une voix très largement majoritaire. Nous voulons la paix, nous voulons la démocratie, nous voulons construire une île émancipée. A Paris de faire sa part de chemin pour qu’ensemble nous élaborions une solution politique.

A-t-il déclaré à l’issue des résultats.

Par ailleurs, à la permanence de Pé a Corsica, les militants nationalistes, en liesse, célébraient leur victoire.

Le résultat est remarquable, au delà de nos attentes.

S’est réjoui Jean-Guy Talamoni, le président de l’assemblée de Corse.

Au deuxième tour, nous allons demander aux Corses de nous placer le plus haut possible. De façon à avoir une légitimité pour obtenir l’ouverture de négociations sur des sujets essentiels. La co-officialité de notre langue. Le statut de résident pour protéger les électeurs. L’amnistie pour les prisonniers et les recherchés.

A-t-il poursuivi.

Une participation en baisse

Toutefois, la percée des nationalistes à dissimulé un taux d’abstention record.

En effet, la participation a été de 52,17%. Soit un net recul par rapport aux dernières élections territoriales de décembre 2015 établi à 59,88%.

Pour rappel cette une nouvelle instance inédite va naître de la fusion des deux conseils départementaux et de la collectivité territoriale (région).

Ainsi, les futurs élus de la Collectivité territoriale unique (CTU) remplaceront les 30 conseillers départementaux de Haute-Corse. Les 22 de Corse-du-Sud et les 51 élus de la Collectivité territoriale de Corse. Ils n’auront qu’un mandat de trois ans et demi, jusqu’en 2021, date à laquelle les Corses revoteront, comme tous les Français, pour les élections régionales.

 

Publié le lundi 4 décembre 2017 à 11:01, modifications lundi 4 décembre 2017 à 11:01

Vous aimerez aussi

-->

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Vers le top