Politique

Election présidentielle 2017 : Bernard Tapie, l’invité surprise de la campagne

Bernard Tapie a présenté un plan contre le chômage des jeunes, menaçant de prendre « les initiatives politiques appropriées » s’il n’était pas écouté.

Et si Bernard Tapie revenait en politique ?

A 73 ans, l’homme d’affaires entend bien rester dans le débat d’idées politiques. A l’approche de l’élection présidentielle, Bernard Tapie souhaite même s’investir dans la bataille politique, mais sans se présenter, ni soutenir un candidat.

Il souhaite que « tout le monde se bouge la carcasse », de gauche à droite. Dans cet objectif, Bernard Tapie a recueilli dans un petit manuel d’une quarantaine de pages ses propositions pour les jeunes dans le monde du travail.

Je ne suis candidat à rien

Introduit Bernard Tapie en préambule du document qu’il a diffusé ce jeudi 20 octobre à la presse.

Vous avez entendu un des candidats parler de l’emploi des moins de 25 ans ? On ne peut pas baisser les bras quand tout n’a pas été essayé

S’indigne-t-il.

Malgré tout, l’ancien ministre de la Ville prévient :

Si les propositions qu’il émet concernant l’emploi des jeunes ne rencontrent aucune attente politique et ne reçoivent aucun écho, alors, et alors seulement, je prendrai les initiatives politiques appropriées.

Alors quelles sont les propositions de Bernard Tapie ?

Il préconise notamment de créer une « brigade de 2 000 agents supplémentaires spécialisés dans le travail au noir ». Des postes qui seraient offerts à de « jeunes juristes sortant de la faculté », ou d’allouer 20% des fonds de la formation professionnelle aux jeunes chômeurs.

Il suggère aussi de créer un nouveau système d’orientation des jeunes. Ces « cellules d’évaluation des talents » seraient composées de profils très divers (enseignants, chefs d’entreprises, artistes, sportifs de haut niveau, militaires, fonctionnaires, mères de famille, etc.) qui évalueraient les compétences de chaque jeune pendant une semaine.

L’ancien repreneur de l’Olympique de Marseille assure avoir reçu l’accord de la région Provence-Alpes-Côte-D’azur pour expérimenter ces « cellules ».

En outre, Bernard Tapie propose de réhabiliter le compagnonnage, de revoir le fonctionnement de Pôle emploi, de refondre l’apprentissage, de rendre le service civique obligatoire, ou encore de s’appuyer sur les compétences de professionnels de renom.

Un plan ambitieux que Bernard Tapie n’a pas encore chiffré, mais il semble que ce soit le cadet de ses soucis. En effet, selon ses estimations :

Cela reviendrait moins cher que ce qui existe

Quoi qu’il en soit, il dit avoir déjà envoyé ses idées à tous les potentiels candidats à la présidentielle, sauf Emmanuel Macron :

Il est très intelligent, très intéressant. J’espère qu’il aura la patience de ne pas y aller. On ne peut pas écrire des livres de cuisine basiques et espérer devenir chef étoilé

A-t-il déclaré

En fait, toutes ses réflexions auraient dû être livrées en mai dernier, un an avant la présidentielle, mais l’actualité judiciaire, avec un énième rebondissement dans l’affaire d’arbitrage, avait rattrapé Bernard Tapie. Le touche-à-tout avait préféré enfouir temporairement ses plans pour la France :

Certains pouvaient croire que je faisais le mariole pour adoucir la Cour de cassation. »

Dans les prochaines semaines, il devrait livrer un second volet de son « programme de non-candidat », cette fois-ci consacré à la laïcité.

Publié le vendredi 21 octobre 2016 à 13:48, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !