Politique

Béziers : Robert Ménard se présente aux Municipales en 2020 et confirme son divorce avec le Front national

Robert Ménard, l’actuel maire de Béziers a annoncé qu’il se représentait pour les élections municipales de 2020.

Robert Ménard, l’actuel maire de Béziers (dans l’Hérault) a annoncé vendredi 23 mars qu’il se portait candidat aux Municipales en 2020. S’il a été élu en 2014 avec le soutien du Front national, il a averti que pour ce prochain scrutin ce sera « sans le soutien d’aucun parti ».

Je ne demanderai le soutien d’aucun parti aux prochaines municipales.

A déclaré l’élu après quatre ans de mandat.

En effet, outre ses liens avec le Front national, Robert Ménard compte également parmi ses soutiens Debout la France, de Souveraineté, identité et libertés. Mais aussi du Centre national des indépendants et paysans (CNIP) et du Mouvement pour la France (MPF).

Je n’ai de compte à rendre qu’aux Biterrois.

A-t-il lâché.

De vrais désaccords avec le Front national

En outre, l’édile biterrois a assuré avoir « de plus en plus de désaccords » avec le parti d’extrême droite. En effet, le co-fondateur de l’association de Reporters sans Frontières (RSF) a notamment mis en avant les défaites successives du Front national. D’abord aux élections présidentielles puis aux élections législatives de 2017.

J’ai de vrais désaccords avec le FN, que je n’ai jamais cachés… J’en ai de plus en plus.

A précisé Robert Ménard, dénonçant entre autre des « positions folles furieuses » sur l’Europe. Mais plus encore, un « discours gauchisant » sur les questions sociales. En effet, en août dernier, Robert Ménard avait publié une lettre ouverte regrettant le départ de Marion Maréchal-Le Pen, dont il partage la ligne. Il avait alors demandé au Front national de « s’appuyer sur une jeune génération de militants aguerris dans les rangs de la Manif pour tous ». Il avait également appelé les ténors du parti à « s’inspirer du travail de ces élus locaux, souvent Divers Droite, qui se coltinent le réel ».

Ainsi, si le maire de Béziers partage la ligne identitaire et anti-islam du parti d’extrême droite, il estime toutefois que « tout ne se réduit pas à l’islam, l’immigration et l’Europe ».

Il y a besoin d’un pragmatisme, d’un réalisme que je pense que le Front national n’a pas.

Robert Ménard a souvent et publiquement pris ses distances avec la ligne portée par Marine Le Pen. Il a, à maintes reprises, fustigé son programme européen, alors qu’il est pour le maintien au sein de la zone euro.

Dans l’opposition pour 20 ans

Or, pour justifier sa candidature sans soutien de partis, Robert Ménard a admis ne pas être « un politicien professionnel »:

Contrairement à ce que pensent un certain nombre de mes amis tout n’est pas en noir et blanc. Que c’est un peu plus compliqué que cela, qu’il y a des contraintes, des budgets. Qu’on ne peut pas promettre toujours plus à tout le monde.

Pourtant à propos de sa victoire aux Municipales de 2014 et de celle de son épouse, Emmanuelle, aux élections législatives en juin 2017, il a scandé :

Pourquoi on gagne les élections ici ? Parce que les électeurs de droite votent pour nous sans hésiter.

Enfin, Robert Ménard a estimé que Emmanuel Macron a « ringardisé » certains « fonctionnements de la politique à juste raison ».

Il nous faut une autre façon de faire de la politique sinon on est dans l’opposition pour 20 ans.

Publié le samedi 24 mars 2018 à 12:02, modifications samedi 24 mars 2018 à 11:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire

En direct