Actualité

Paris : Un millier de personnes rassemblées contre l’esclavage en Libye

Un millier de personnes ont manifesté à Paris, en réaction aux images diffusées par CNN qui montrent des migrants africains vendus comme esclaves en Libye.

La scène se déroule en Libye en août 2017. Un homme est debout dans la nuit. A côté de lui, un autre énumère des chiffres en arabe. Ce dernier fait l’éloge du migrant à côté de lui en désignant « un homme fort ». Dans cette vidéo publiée par CNN le 14 novembre, les individus sont en train de vendre un homme en esclavage.

Après avoir reçu cette courte vidéo, le média américain a décidé de vérifier l’authenticité. Les journalistes se sont rendus en Libye pour constater que ce marché d’esclaves était en plein développement. Un « marché » en plein essor, notamment grâce aux passeurs qui officient dans cette zone de passage pour tous les réfugiés du Niger, du Mali, du Ghana…

Ainsi, les journalistes ont eux-mêmes été témoins d’une vente aux enchères à côté de la capitale, Tripoli. Les prix de vente allant de 400 à 750 dollars.

Une manifestation illégale

Après la découverte de cette vidéo édifiante, des manifestants ont répondu à l’appel de plusieurs associations. Et notamment d’un Collectif Contre l’Esclavage et les Camps de Concentration en Libye (CECCL), créé en réaction à la diffusion du reportage de CNN.

Ainsi, un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre à Paris. Regroupés dans l’après-midi près de l’Arc de Triomphe, les manifestants ont commencé à se disperser en fin de journée.

Ainsi, brandissant des pancartes « non à l’esclavage en Libye », ils s’étaient rassemblés vers 16 heures dans l’ouest de Paris, avenue Foch. Non loin de la place de l’Étoile où étaient positionnées des forces de l’ordre.

Le cortège s’est ensuite dirigé vers les Champs-Elysées. Les manifestants ont alors indiqué vouloir se rendre vers le consulat de Libye. C’est à ce moment, que le rassemblement qui avait débuté dans le calme, aurait dégénéré.

Un drapeau de la Libye a notamment été brûlé. Par ailleurs, la préfecture de police a dénoncé dans un communiqué le caractère illégal du rassemblement. Elle a précisé que les organisateurs allaient être identifiés afin « que des procédures soient engagées aux fins de poursuites adaptées ».

Sans qu’aucune déclaration n’ait été faite, plusieurs associations ont organisé une manifestation et un cortège depuis l’ambassade de Libye jusqu’en direction du second site diplomatique de ce pays dans l’ouest de Paris.

A indiqué la préfecture de police dans ce communiqué, tout en précisant « qu’aucune dégradation n’a été commise ».

Plusieurs personnalités, comme le comédien Omar Sy, le footballeur Didier Drogba ou l’ancienne Miss France Sonia Rolland, avaient relayé les appels à manifester :

Le président en exercice de l’Union africaine (UA), le Guinéen Alpha Condé, et le gouvernement sénégalais ont fait part cette semaine de leur indignation face à la vente des migrants-esclaves.

A l’image du président nigérien Mahamadou Issoufou, qui a demandé à ce que le sujet soit mis à l’ordre du jour lors du sommet Union africaine-Union européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan.

Publié le dimanche 19 novembre 2017 à 15:07, modifications dimanche 19 novembre 2017 à 14:39

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !