Monde

Zambie : les propriétaires de poupées sexuelles iront en prison

Cette mesure surprenante est pourtant loin d’être un canular, puisque les détenteur de ces “objets diaboliques” s’exposent à des peines pouvant aller jusqu’à 5 ans de réclusion.

Face à la multiplication des poupées sexuelles en Zambie, les autorités ont décidé de condamner leurs propriétaires à des peines de prison !

Une mesure surréaliste

C’est le chef de la police du pays, Kakoma Kangagaja, qui a mis en garde ses concitoyens à la fin du mois de février 2018 en leur rappelant que posséder une poupée sexuelle les exposait à 5 ans de réclusion criminelle.

Fabriquer, importer, posséder ou utiliser de tels objets obscènes constitue une infraction aux termes de l’article 177 du Chapitre 87.

C’est la ministre chargée des affaires religieuses Godfridah Sumaili qui fut la première à prononcer cette interdiction. En effet, la Zambie est officiellement une “nation chrétienne”, expression inscrite dans sa constitution, et un pays très conservateur. D’après la responsable politique, dont les propos ont été rapportés dans le magasine Zambian Eye :

La Bible dit que le corps de l’homme appartient à la femme et le corps de la femme appartient à l’homme, donc chaque fois que la femme réclame, l’homme devrait être disponible, chaque fois que le mari demande, la femme devrait être disponible.

Cette interdiction a toutefois provoqué un vent de colère dans le pays, et l’opposition a dénoncé une atteinte très grave aux libertés individuelles.

 

Publié le vendredi 2 mars 2018 à 16:57, modifications vendredi 2 mars 2018 à 15:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !