Monde

Vol MS804 : Des traces d’explosifs retrouvées sur des victimes du crash du vol EgyptAir

Le vol MS804 de la compagnie EgyptAir entre Paris et le Caire avait été victime d’un terrible accident le 19 mai dernier. 66 personnes avaient perdu la vie dans ce crash aérien. L’enquête ouverte depuis de nombreux mois avait permis de progresser et d’obtenir des réponses pour les familles des victimes. Du côté français, les conclusions de l’enquête privilégiaient la piste d’un départ d’incendie à bord. De nouveaux éléments viennent tout juste d’être communiqués depuis l’Egypte. Ces révélations accréditent l’hypothèse d’un attentat.

Le mystère du vol MS804 de la compagnie EgyptAir pourrait s’épaissir. 66 personnes ont trouvé la mort lors de ce vol qui reliait le Caire au départ de Paris. Cette catastrophe aérienne remonte au 19 mai 2016. L’avion s’était abîmé en mer Méditerranée au large de la Crète et de la côte nord de l’Egypte. L’avion avait soudainement disparu des écrans radars. 15 Français se trouvaient à bord de l’appareil. 40 passagers étaient de nationalité Égyptienne.

Vol MS804 : la piste terroriste relancée en Egypte

D’après des informations relayées par Associated Press, le ministère égyptien de l’aviation vient de communiquer ce jeudi 15 décembre des éléments troublants dans le cadre de l’enquête sur la catastrophe aérienne du vol MS804. Des traces d’explosifs ont été décelées sur les corps des victimes du crash. Ces éléments accréditent donc la thèse d’un attentat terroriste. Un engin explosif aurait pu être dissimulé ou placé à l’intérieur de l’avion depuis l’aéroport de la ville de départ du vol, à Paris.

La commission d’enquête égyptienne a donc transmis ces éléments au parquet. La piste de l’hypothèse terroriste est d’ailleurs privilégiée par la commission d’enquête égyptienne. Ces récentes révélations pourraient donc remettre en cause les conditions de sécurité dans les aéroports français. De nombreuses suspicions pourraient être ainsi portées à l’encontre du personnel travaillant au sein des compagnies aériennes dans l’Hexagone. Ce constat serait encore une fois désastreux pour l’image de la France et le tourisme à l’approche des fêtes. La France et l’Egypte se renvoient donc mutuellement la responsabilité de cette catastrophe aérienne.

La piste d’un incendie à bord privilégiée par la commission d’investigation française

Les enquêteurs français privilégient de leur côté l’hypothèse d’un incident technique avec un départ de feu signalé. Cette conclusion de l’enquête française mettrait donc en cause la compagnie aérienne égyptienne et son manque de dispositif de contrôle et de sécurité à bord de l’appareil.

Une des deux boîtes noires avait en effet été retrouvée après le crash aérien. Après analyse, la boîte noire avait ainsi permis de faire une avancée importante dans l’enquête. Des alertes signalant un feu et de la fumée à bord s’étaient effectivement déclenchées avant le crash de l’Airbus A320.

La suite de l’enquête et une contre-expertise des corps par la France pourraient donc permettre de trancher définitivement cette question. Les familles de victimes attendent des réponses  claires et définitives sur les causes réelles de cette catastrophe aérienne.

Publié le samedi 17 décembre 2016 à 13:33, modifications samedi 17 décembre 2016 à 10:32

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !